Cyrano, Scapin et Molière

Discutons de l'oeuvre: Tout sur nos héros, leurs aventures, les références, l'écriture...

Modérateurs : hsdcdb, Aragathis

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Message par Aragathis »

Fallait trouver à la placer, celle-là! :)
Ainsi parlait Aragathis.
Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Message par hsdcdb »

La pièce regorge de "vers-formules", comme celui-ci, "prêts à l'emploi" et qui peuvent être réutilisés dans de nombreuses situations, et que l'on connaît naturellement presque.

Un peu comme dans Le Cid où l'on trouve, pêle-mêle :

- Percé jusques (zzzzzzz') au fond du coeur
D'une atteinte imprévue aussi bien que mortelle !

- Je suis jeune, il est vrai, mais aux âmes bien nées,
La valeur n'attend pas le nombre des années !

- A moi, Comte, deux mots !

- Cette obscure clarté qui tombe des étoiles.

- Va, je ne te hais point !

- Nous partîmes cinq cents, mais par un prompt renfort,
Nous nous vîmes trois mille en arrivant au port.

- Rodrigue, qui l'eût cru ?
Chimène qui l'eût dit ?
- Ô rage ! Ô désespoir ! Ô vieillesse ennemie !
N'ai-je donc tant vécu que pour cette infamie
Et ne suis-je blanchi sous les travaux guerriers
Que pour voir en un jour flétrir tant de lauriers ?

- Rodrigue, as-tu du coeur ?
........................................Tout autre que mon père
L'éprouverait sur l'heure [...]

- Va, cours, vole, et nous venge !

- Et le combat cessa faute de combattants !

- A vaincre sans péril, on triomphe sans gloire !

- Ton bras est invaincu, mais non pas invincible !

Etc.



Ainsi, dans Cyrano peut-on lire :

- [...] Ah non ! C'est un peu court, jeune homme !
On pouvait dire, oh dieu ! bien des choses en somme.

- [...] Et que faudrait-il faire ?

- Monsieur de Bergerac est mort assassiné.

- A la fin de l'envoi, je touche !

- Descriptif : "C'est un roc !... c'est un pic !... c'est un cap !
Que dis-je, c'est un cap ?... C'est une péninsule !"

- Mais non, tu ne l'es pas puisque tu t'en rends compte.
D'ailleurs, tu ne m'as pas attaqué comme un sot.

- Ce nez qui d'un quart d'heure en tout lieu me précède

- L'heure du luth viendra, - c'est l'heure du fourneau !

- Et dire ainsi mes vers me donne un plaisir double,
Puisque je satisfait un doux faible que j'ai
Tout en laissant manger ceux qui n'ont pas mangé !

- Ragueneau me plaît. C'est pourquoi, dame Lise,
Je défends que quelqu'un le ridicoculise !

- [...] Et vous d'abord, à moi,
Qui vous présentera ?

- Si tu ?... Tu ?... Qu'est-ce donc qu'ensemble nous gardâmes ?

- Nos courages, Monsieur, diffèrent en cela !

-[...] Vous ! Vos cartes,
Vos pipes et vos dés ! Et moi, je lis Descartes !

- Ne pas monter bien haut, peut-être, mais tout seul !

- La Haine est un carcan, mais c'est une auréole !

- Des larmes au baiser il n'y a qu'un frisson !

- Un baiser ? Mais à tout prendre, qu'est-ce ?
[...]
Un point rose qu'on met sur l'i du verbe aimer,
C'est un secret qui prend la bouche pour oreille,
[...]
Une façon d'un peu se respirer le coeur
[...]

- Baiser, festin d'amour dont je suis le Lazare

- J'inventai six moyens de violer l'azur vierge.

- Ce qui du fifre vient s'en va par le tambour.

- Peut-être un peu plus tôt faudra-t-il que je parte.

- Murmure flatteur !

- Souffrez que je vous sois, Monsieur, reconnaissant !

- Lise aimait les guerriers, et j'aimais les poètes !
Mars mangeait les gâteaux que laissait Apollon

- Déplaire est mon plaisir. J'aime qu'on me haïsse.

- Impossible, Monsieur ! Mon sang se coagule
En pensant qu'on y peut changer une virgule !

- La farce italienne à ce drame espagnol

- J'ai deux raisons, dont chaque est suffisante seule.



Il y en a d'autres, bien sûr, mais rapidement, c'est tout ce dont je me souviens sans avoir à me réciter toute la pièce...

De même enfin que Le Glorieux de Destouches contient les deux vers suivants :

- La critique est aisée et l'art est difficile.
- Chassez le naturel, il revient au galop.

Mais brisons-là les exemples.
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )
Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Message par Aragathis »

Un certain nombre de ces répliques sont reprises dans la série 8) . Quelle culture, mon cher Hsdcdb!
Ainsi parlait Aragathis.
Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Message par hsdcdb »

Aragathis a écrit :Un certain nombre de ces répliques sont reprises dans la série 8) . Quelle culture, mon cher Hsdcdb!
Ce n'est pas de la culture, ça, c'est de la confiture.
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )
Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Message par Aragathis »

Bah! A mon niveau, ton savoir est carrément de l'érudition! :o
Ainsi parlait Aragathis.
Barry Lyndon
Messages : 7
Enregistré le : 01 mai 2008, 19:59

Message par Barry Lyndon »

Les Cyranophiles et les Cyranophages seront peut-être intéressés de savoir que la Comédie Française va reprendre la pièce en Juin et Juillet 2008 (je parle de la mise en scène de Denis Podalydès avec Michel Vuillermoz).
France Télévision a eu d'ailleurs le bon goût de diffuser une captation de la pièce sur ses ondes l'année dernière ; certains l'ont peut-être vue.

Une question en forme de sondage à ce propos : quel est selon vous l'acteur qui a le mieux incarné Cyrano (théâtre ou cinéma) ? Personnellement j'ai une préférence pour Jacques Weber dans la mise en scène de Jérôme Savary. Mais évidemment, les plus jeunes ne peuvent pas connaître.
Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Message par hsdcdb »

Barry Lyndon a écrit :Les Cyranophiles et les Cyranophages seront peut-être intéressés de savoir que la Comédie Française va reprendre la pièce en Juin et Juillet 2008 (je parle de la mise en scène de Denis Podalydès avec Michel Vuillermoz).

Pitié ! Non ! Assez de massacre !

Enfin... Faudrait peut-être voir maintenant... En espérant que Vuillermoz aura enfin compris ce qu'est le personnage et le caractère de Cyrano.

J'avais eu l'heur d'assister en mai 2006 à une représentation au Français. J'avais été fortement désappointé.

Juillet 2008... J'ai une journée à Paris... Je m'en vais voir ça...
France Télévision a eu d'ailleurs le bon goût de diffuser une captation de la pièce sur ses ondes l'année dernière ; certains l'ont peut-être vue.

Au regard des chiffres d'audience, très peu. Mais je n'aurais su la manquer. Impressions similaires un an après.
Une question en forme de sondage à ce propos : quel est selon vous l'acteur qui a le mieux incarné Cyrano (théâtre ou cinéma) ? Personnellement j'ai une préférence pour Jacques Weber dans la mise en scène de Jérôme Savary. Mais évidemment, les plus jeunes ne peuvent pas connaître.

Avant de répondre, j'aimerais apporter une précision : je ne parviens pas à totalement distinguer l'acteur qui joue le rôle de la mise en scène. Ainsi, je trouve que Depardieu n'est pas un si mauvais Cyrano que cela, mais la mise en scène est une telle catastrophe, il est si mal dirigé que le film en est mauvais, malgré un ou deux clins d'oeil amusants.

Les acteurs, donc :

Weber (1983) est un excellent Cyrano. Et la mise en scène de Savary est très honnête, c'est-à-dire qu'elle respecte l'esprit de la pièce et sait en même temps lui donner du relief. En outre, l'adaptation faite par sa femme pour 3 acteurs et un pianiste, il y a deux ans à la Gaieté-Montparnasse (et qui a connu une tournée dans 20 lieux prestigieux de la capitale) l'an dernier) est tout aussi sublime. Elle s'adresse aux connaisseurs de la pièce car c'est une lecture personnelle et une adaptation, pas une simple représentation. Mais c'est magique !

Sinon, Daniel Sorano (1960) ne démérite pas non plus. Et bien plus encore !

J'aime bien Jose Ferrer (1951) dans le film américain (en noir et blanc) de Mickael Gordon.

La mise en scène de Robert Hossein avec Belmondo (1990) au Marigny est parfois étrange, le jeu peut interpeler mais j'apprécie également la performance. En dehors du côté (assumé et revendiqué) quand même très kitch.

Pierre Magnier (1923) dans le film muet d'Augusto Genina est à ne pas manquer, car bien plus qu'une simple curiosité cinématographique, c'est un petit bijou qui permet de se focaliser sur le jeu d'acteur et la mise en scène. Celle-ci offre d'ailleurs de remarquables inventions.

Il ne me reste que de vagues mais "bons" souvenirs de Patrick Préjean (1997) au Ranelagh. Notamment l'arrivée par l'arrière de Cyrano lors de sa première apparition. Le théâtre était petit, et c'était à la fois très surprenant et intéressant de transformer ainsi le public que nous étions en ce public qui assiste à la représentation de La Clorise.


Je passe sur les quelques autres versions moins connues, qui n'ont rien de particulièrement mauvais, bien au contraire, et dont chacune a même quelques points très intéressants, mais je ne sais si c'est vraiment l'endroit pour évoquer cela. Juste un mot, côté opéra, sur Roberto Alagna (2003) qui est impressionnant : une puissance de jeu - et de voix - phénoménale !


Pour information et culture :

Cyrano, sur scènes et sur écrans à travers le monde
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )
Répondre