Page 1 sur 7

Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Posté : 07 juil. 2009, 20:36
par Yelti
Ce sujet risque de ne pas être très constructif, mais bon, ça défoule.

Voici donc toute l'histoire.
Je viens de lire le troisième tome d'un roman dont les deux premiers volets étaient magnifiquement passionnants. Le problème ? Son éditeur a eu la drôle d'idée de faire traduire chaque tome par une personne différente... Ledit troisième tome étant paru en français tout juste quelques semaines après sa version originale, j'ai eu des frissons dans le dos d'imaginer qu'un truc qu'on tire à des milliers d'exemplaires - et qui devrait donc être un exemple - ne soit pas relu la moindre fois. Alors, je le crie haut et fort : le français de Madame la traductrice (dont je n'ose même pas prononcer le nom maudit) est a-bo-mi-na-ble, mais absolument a-bo-mi-na-ble, et on ose l'imprimer !!!!! J'en suis tout secoué :evil: :evil: :evil: ! Pour se défouler, citons : - des passés antérieurs mal employés partout ;
- des formes surcomposées sorties d'on ne sait où ;
- des affreuses fautes de concordance des temps (quel odieux mélange indompté de présent, d'imparfait et de plus-que-parfait du subjonctif) ;
- des "à" au lieu de "chez" !! ;
- et surtout : des constructions syntaxiques si bancales que les phrases en sont in-con-pré-hen-sibles.

De plus le vocabulaire étant très élevé (mais pas toujours), ces fautes sont encore plus écœurantes.
Et au tenant des deux premiers volumes, on ne peut imputer ces erreurs à l'auteur, non.
Erreurs d'autant plus impardonnables qu'il s'agit de "littérature pour la jeunesse"(sic)... bel exemple !!! On s'étonne de voir des fautes partout dans les copies !

Haaa, ça fait du bien !

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Posté : 07 juil. 2009, 21:42
par Aragathis
Il parloit du détestable emploi d'un malheureux françois par d'affreux incapables. Qu'on les pendouille!

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Posté : 07 juil. 2009, 22:16
par kervin
Le nom, le nom !

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Posté : 07 juil. 2009, 22:37
par Scarabouille
Mauvais traducteur ? Ca m'en rappelle, des choses.

Notamment des nouvelles de Philip K. Dick très mal traduites, qui font passer le texte pour de la mauvaise SF de collégien, alors que, mince, c'est pourtant si bien.
Un gros volume de nouvelles tout gâché par une traduction à côté de ses pieds.

Un autre exemple sur un bouquin de fantasy... française. Oui, en fait là c'est juste qu'en le lisant, j'ai eu l'impression de lire un bouquin de fantasy mal traduit... Ben non, l'auteur était bel et bien français. Mais dur à suivre dans ses phrases (et pas aidé par un éditeur qui avait mis des espaces entre les paragraphes au petit bonheur la chance)...
Pour les curieux, c'était du Mathieu Gaborit. Certains aiment beaucoup, moi j'ai trouvé les idées sympas, mais hélas, mal écrit.

Bref, revenons-en à nos moutons.
J'en vois aussi beaucoup des fautes en ce moment, car durant mon stage je dois lire pas mal de sites spécialisés sur la ventilation sur internet... et les types chargés des textes ne sont pas tous spécialisés en langue française :joker:

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Posté : 07 juil. 2009, 23:14
par Aragathis
Z'êtes bien français, bande de râleurs. Pensons aussi à rappeler que certains traducteurs sont très bons : Baudelaire pour Edgard Poe, je-sais-plus-qui pour Tolkien... Y a du bon aussi!

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Posté : 07 juil. 2009, 23:46
par Yelti
Mouais.... Beaudelaire connaissait un mot sur deux d'anglais... mais le plus important dans la traduction n'est pas de bien connaître la langue source mais de maîtriser la langue cible, et Beaudelaire écrivait dans un magnifique français.

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Posté : 08 juil. 2009, 00:04
par Yelti
kervin a écrit :Le nom, le nom !
La méprisable traductrice qui répand parmi les masses des expressions fautives se nomme Danièle Laruelle, qu'on la lynche !!!!
:twisted: :twisted: :twisted: :twisted: :twisted: :twisted: :twisted: :twisted: :twisted: :twisted: :twisted: :twisted:
Et l'œuvre en question est "Brisingr", troisième tome du très médiatique L'Héritage de Christopher Paolini.

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Posté : 08 juil. 2009, 13:50
par Yelti
Point du tout, ô Captain... les deux auteurs ont les mêmes inspirations : la mythologie scandinave et finnoise, Wagner, la mythologie grecque (surtout pour Tolkien)... mais ont chacun leurs enjeux... Disons par exemple que le développement de la psychologie des personnages n'est pas le souci premier de Tolkien, mais que Paolini s'y intéresse. Etc... Mais bon, avec cette traduction qui ne veut parfois rien dire, on a du mal à en juger du coup.

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Posté : 08 juil. 2009, 17:57
par Aragathis
Yelti a écrit :Point du tout, ô Captain... les deux auteurs ont les même inspiration : la mythologie scandinave et finnoise, Wagner, la mythologie grecque (surtout pour Tolkien)... mais ont chacun leurs enjeux... Disont par exemple que le développement de la psychologie des personnages n'est pas le souci premier de Tolkien, mais que Paolini s'y intéresse. Etc... Mais bon, avec cette traduction qui ne veut parfois rien dire, on a du mal à en juger du coup.

J'ai deux coups de tromblons à tirer sur Yelti : 1) Baudelaire connaissait très bien l'anglais, et depuis quand la bonne connaissance de la langue source est-elle négligeable pour un bon travail de traduction?
2) Tolkien s'est inspiré des mythologies nordiques, certes, mais aussi celte, et surtout du Moyen-Âge; Paolini, lui, s'est tellement inspiré de Tolkien qu'on peut presque parler de plagiat, et ne s'inspire pas vraiment d'autre source culturelle. :evil:

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Posté : 08 juil. 2009, 18:12
par Scarabouille
Captain Boney Boone a écrit :N'est-ce pas un remake du Seigneur des Anneaux, justement ? (Et, déjà, la digression qui point…)
Et un troll poilu aussi...

J'crois que je vais aller faire quelques courses disons... culinaires. En prévention. Salés ou sucrés, les pop corns ?

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Posté : 08 juil. 2009, 19:32
par Aragathis
Caramel salé pour moi.

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Posté : 08 juil. 2009, 22:55
par Yelti
Aragathis, tes arguments sont ri-sibles :mrgreen: :mrgreen: !
1) A propos de Beaudelaire, ayant raison je ne reviendrai pas dessus :mrgreen:.
2) Pour la confrontation entre Paolini et Tolkien, démonter tes affirmations est d'une facilité extrême. Tout d'abord, dire que Paolini a plagié Tolkien, c'est traiter Tolkien comme l'inventeur du genre... rien n'est plus faux ! Dunsany (pour ne citer que lui) lui est antérieur (cf. La fille du roi des elfes, publié en 1920), Lewis et ses amis lui sont contemporains. Paolini s'inspire plus d'auteurs américains plus ou moins inspirés de Tolkien que du professeur oxfordien lui-même. Mais la différence, le gouffre entre les deux oeuvres n'est pas là, mais ici : Tolkien (sans vouloir le déprécier) vise à restituer les vieilles légendes épiques et prône un retour au roman traditionnel, les enjeux de Paolini sont tout à fait différents : les mythes nordiques ne s'y retrouvent plus qu'à travers l'utilisation de monstres (nains et elfes...) et quand il fait d'une créature mythique médiéval occidental (le dragon) le centre de son roman, il détourne le mythe puisque les dragons n'y sont plus l'incarnation du mal et de la violence mais de la sagesse et de la magie. Mais baste, les légendes n'ont pas beaucoup d'importance pour Paolini, le premier enjeu est la remise en question du registre épique et du manichéisme qui se traduit dans une exploration psychologique des héros (qui serait introuvable chez Tolkien qui est inflexiblement manichéen), le second est un travail sur la restitution pour le plaisir des décors et des univers féériques par des descriptions d'un type nouveau où les onomatopées et les termes savants pleuvent. (Et ce genre de description ne peut souffrir le mauvais français de madame-la-traductrice-du-troisième-tome !)

Plagiat de Tolkien, et puis quoi encore !... Si tu avais cité un autre auteur de fantasy (comme disent les anglo-saxons ainsi que les journalistes français illettrés), la critique aurait peut être été plus recevable encore que discutable, mais Tolkien, pfui !

(je précise quand même que la vigueur du ton n'est que feinte ;), nouvelle rixme ?)

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Posté : 09 juil. 2009, 10:18
par Yelti
Il y a donc de fortes chances pour que ce soit lui qui ait "inspiré" Paolini. Mais peut-être pas (Tolkien a eu tant de "successeurs").
Des prunes ! Si Paolini a eu des inspirateurs, il en nomme, et ce sont des américains. Béotien qui confond les littératures anglaise et états-unienne !
C'est pas un grand détournement, dis-moi...
C'est pas parce que je me dois d'être concis dans mon post, que dans le livre ça ne puisse pas être largement développé.
Haha ! Comment qu'on dit, alors ? Je sais jamais.
S'il s'agit d'une œuvre de langue anglaise et postérieure au Seigneur des Anneaux* y'a pas de raison de ne pas employer "fantasy". (En n'oubliant pas que "l'heroic fantasy" n'est qu'un sous-genre.)
Pour un œuvre non-anglophone, le terme est à utiliser avec délicatesse, mais ça peut se concevoir dans certains cas, quand les auteurs s'en revendiquent.
P.S. : je tiens à préciser qu'on écrit "féerique", et qu'on ne devrait prononcer qu'un seul é.
Je savais pââ, je me coucherai moins idiot ce soir. Ça se prononce "férique" alors ?
mais y'a peut-être du bon
Le premier tome risque de ne pas te plaire, il est là pour être remis en cause par le second où la pensée manichéenne et simplette du héros dans le premier tome est retournée est repétrie dans les toutes les directions imaginables. Là où il y a du bon, c'est dans les descriptions pittoresques et dans l'intérêt porté à la vie villageoise.

*Mais il est délicat de parler de "fantasy" pour les livres de Tolkien qui utilisait lui-même le terme : "conte de fées pour adultes". (un peu long, certes.)

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Posté : 09 juil. 2009, 11:51
par kervin
"conte de fées pour adultes"
Mais tellement plus élégant.

Et bien moi tout simplement je n'ai pas aimé,...
1. Le style me fait vomir (peut être la traduction)
2. L'histoire est convenu (quelques surprises tout de même.)
3.Il ne renouvelle pas assez les règles du genre (N'en disons pas plus... ^^)

Ceci dit "La critique est aisée, mais l'art est difficile"
Et la tétralogie, enfin les trois premier tomes, m'ont fait passer un bon moment. :o

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Posté : 09 juil. 2009, 13:19
par Aragathis
Les deux premiers tome de cette série (je n'ai pas lu le dernier en date) me sont tout particuliers : ce sont les seuls livres, et je dis bien les seuls, parmi tous ceux que j'ai lu - depuis les bibliothèques roses jusqu'à mon dernier Platon - dont je ne saurais me rappeler le traître mot. Insipide et sans surprise, l'histoire m'avait ennuyé et ne m'a laissé aucun souvenir hormis une formule imprononçable pour balancer une boule de feu et un dragon doré. Ah oui, une épée rouge aussi.

Pas manichéen, ce bouquin? Des nèfles! Rien que le nom du grand méchant est naze, minable dérivé d'un Vercingétorix allongé de quelques syllabes gutturales, histoire de bien signifier que jusque dans son nom c'est un gros vilain.

Pas copié sur Tolkien, cette daube en boîte? Si je me souviens bien, les méchants ont amélioré une race de créatures assez immondes à la base. Si ce n'est pas taxé sur les Ourouks que fait Saroumane en partant des Orques, qu'on me fasse manger deux grelots de Scara sans moutarde! Et n'y a-t-il pas dans la dentelle de je ne sais plus quel pays du livre un odieux rappel des usages que faisaient autrefois les Nains du mithril?

Et pour de vraies belles descriptions, lis plutôt Damasio, Lampedusa ou Lovecraft - brrr, qui ne frémit pas devant le morbide dissimulé de ce dernier?

Je te prends à la rixme quand tu veux, au risque de me faire une réputation de belliqueux : on-n'entache-pas-l'honneur-de-mes-deux-idoles-de-prose-et-de-rêve! :twisted: