Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Vous pouvez parler ici de ce que vous voulez... Littérature, cinéma, evènements, nouveaux sites internet...

Modérateurs : hsdcdb, Aragathis

Avatar du membre
Scarabouille
Messages : 701
Enregistré le : 28 nov. 2008, 17:24
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Message par Scarabouille »

Ils sont très intéressants, vos points de vue :)
J'y méditerai, si j'ai des choses à apporter, je n'hésiterai pas.
Continuez, continuez !
Tel Anubis le Chacal, Reine-Mère, vous avez l'oeil fourbe et la dent furtive !

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Message par Aragathis »

@ Scarabouille : t'es le plus sensé de tous.

@ Yelti : Non ! Comme tu le dis toi-même, une langue n'est rien sans ceux qui la parlent. Ceux qui cherchent leurs mots pour exprimer des banalités, exemple que tu donnes, ne parlent pas vraiment français, ils le balbutient. C'est bien naturel que de chercher ses mots, puisque le processus même de la parole passe par là ; mais ce n'est normal que dans la mesure citée par Waylander, avec un ordre de quelques dixièmes de seconde à tout péter. Si ça va au-delà, c'est que le parleur n'est pas bon, et pas la langue : on ne parle pas une langue sans la connaître, et si on ne réussit pas à trouver les bons mots, c'est qu'on la connaît mal. Je ne reviendrai pas là-dessus.
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Waylander
Messages : 145
Enregistré le : 18 janv. 2009, 23:14

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Message par Waylander »

Evidemment, plus on verse dans le concept abstrait, plus on peut légitimement chercher ses mots. Je n'ai jamais entendu personne débiter un flot de paroles sur un sujet fin sans également déblatérer des âneries ponctuées de poncifs en tout genre et de termes jargonisants mal utilisés. L'autre jour, j'entendais un critique littéraire dire sur france culture qu'il respectait beaucoup les lettrés qui cherchaient leurs mots, dans la mesure où ils passent ainsi par tous les stades de la pensée.
Un menuet? C'est est insensé! Un rigodon ou un passe-pied eussent été plus indiqués!

Avatar du membre
Scarabouille
Messages : 701
Enregistré le : 28 nov. 2008, 17:24
Localisation : Toulouse
Contact :

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Message par Scarabouille »

Grave.
Tel Anubis le Chacal, Reine-Mère, vous avez l'oeil fourbe et la dent furtive !

Avatar du membre
Battologio
Messages : 648
Enregistré le : 10 sept. 2009, 18:50
Localisation : Agatharchidès

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Message par Battologio »

Pas le temps pour une surenchère intéressante, je me contente donc de rejoindre pour l'instant Scara sur le banc des spectateurs. Mais Aragathis a tout mon soutien.
"Le savoir, n'est-ce pas, est un bien précieux. Trop précieux pour ne pas être partagé !" (Battologio d'Epanalepse, VII, 14, 5)

Avatar du membre
Waylander
Messages : 145
Enregistré le : 18 janv. 2009, 23:14

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Message par Waylander »

Vous voulez du pop-corn?

Non, mais ce n'est pas un "qui a raison" contre "qui a tort". Beaucoup de similitudes se retrouvent entre le discours d'Ara et le mien, avec des divergences de degré, et on voit aussi que Yelti n'est pas tout à fait à côté de la plaque non plus. Débat, pas match de catch! :-P
Un menuet? C'est est insensé! Un rigodon ou un passe-pied eussent été plus indiqués!

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Message par Yelti »

Aragathis a écrit :Ceux qui cherchent leurs mots pour exprimer des banalités, exemple que tu donnes, ne parlent pas vraiment français, ils le balbutient.
A moi de faire un peu de logique. Toute personne a une langue. Ces personnes-là ne parlent pas d'autre langue. Le français est donc leur langue. C'est leur langue mais il ne savent pas la parler ? Hé : problème. Bin oui, le problème est là, tout simplement. C'est ce qui fait qu'on a le droit d'être très pessimiste au sujet de l'avenir de notre langue. Et ce problème vient de ce que c'est une langue académique, prescrite à l'ensemble des habitants de France grâce à Jules Ferry.

Et puis quelques citations qui arrivent à point nommé :
Claude Duneton a écrit :J'ai peut-être une supériorité sur les bien parleurs. Pendant qu'ils font de jolies phrases, je cherche péniblement mes mots, ce qui me donne le temps de réfléchir. La réflexion aidant, je pose souvent des questions qui font tout resurgir. Vous pouvez voir là une espèce de revanche sur ces Français dont j'ai dû apprendre la langue.
(Nota : la langue maternelle de M. Duneton est l'occitan.

Et une autre d'un homme qui était tout sauf un assassin de la langue françouèse :
Montaigne a écrit :Le parler que j'ayme, c'est un parler simple et naïf, tel sur le papier qu'à la bouche ; un parler succulent et nerveux, court et serré, non tant délicat et peigné comme véhément et brusque.
Notons que Montaigne a été l'un de ceux qui n'hésitaient pas à utiliser des mots de langues régionales.

Et une plus connue :
Vicky a écrit :Et déclarai les mots égaux, libres, majeurs.
Tous les envahisseurs et tous les ravageurs,
Tous ces tigres, les Huns, les Scythes et les Daces,
N'étaient que des toutous auprès de mes audaces ;
Je bondis hors du cercle et brisai le compas.
Je nommai le cochon par son nom ; pourquoi pas ?
Guichardin a nommé le Borgia ! Tacite
Le Vitellius ! Fauve, implacable, explicite,
J'ôtai du cou du chien stupéfait son collier
D'épithètes ; dans l'herbe, à l'ombre du hallier,
Je fis fraterniser la vache et la génisse,
L'une étant Margoton et l'autre Bérénice.
Alors, l'ode, embrassant Rabelais, s'enivra ;
Sur le sommet du Pinde on dansait Ça ira :
Les neuf muses, seins nus, chantaient la Carmagnole ;
L'emphase frissonna dans sa fraise espagnole ;
Jean, l'ânier, épousa la bergère Myrtil.
On entendit un roi dire : "Quelle heure est-il ?"
Je massacrai l'albâtre, et la neige, et l'ivoire,
Je retirai le jais de la prunelle noire,
Et j'osai dire au bras : Sois blanc, tout simplement.
Je violai du vers le cadavre fumant ;
J'y fis entrer le chiffre ; ô terreur ! Mithridate
Du siège de Cyzique eût pu citer la date.
Enfin soyons manichéens et lançons un avis de recherche contre ces "Assassins de la langue françouèse" que nous listons (je suis volontairement provocateur, à vous de réagir) :

- Malherbe ;
- Boileau ;
- Scudéry ;
- Richelieu (premier prix !);
- Chénier ;
- Les Jacobins ;
- Émile Littré ;
- Jules Ferry ;
- La télévision ;
- Franswa deux Klozai ;
- De nombreux instituteurs, journalistes, traducteurs, politiciens, scénaristes...

Puis récompensons ceux qui enrichirent la langue française :

- Montaigne (je ne remonte pas plus tôt, puisqu'au moyen-âge la langue n'avait pas besoin d'être enrichie, le français avait juste besoin d'être défendue par rapport au latin. Notons aussi qu'avant l'âge classiques, les grands auteurs n'étaient pas tous parisiens.) ;
- Marot, le père et le fils ;
- La Pléiade et surtout Du Bellay pour sa défense ;
- Les baroques et notamment le jeune Corneille pour son "entrailles/funérailles" ;
- La Fontaine ;
- Choderlos de Laclos ;
- Victor Hugo (premier prix !) ;
- George Sand ;
- Aloysius Bertrand ;
- Huysmans ;
- Mallarmé ;
- Rimbaud ;
- Larousse ;
- Appolinaire puis les surréalistes ;
- Proust ;
- Céline ;
- Jacques Prévert ;
- Claude Duneton ;
- René Gosciny.

Attention ! Ces deux listes ne sont pas celles de "ceux qui écrivent le moins bien et de ceux qui écrivent le mieux". C'est d'une part ceux qui ont appauvri la langue, et de l'autre ceux qui l'ont enrichie. Par exemple, Gosciny a fait entrer "vouloir être calife à la place du calife dans la langue", c'est pour ça qu'il est nommé. George Sand a introduit des régionalismes dans le dictionnaire. Céline a couché le parisien parlé sur le papier. Prévert a fait de la langue populaire une musique savante. Etc...

Après, à la question "Qui a le mieux utilisé une langue riche ?", je répondrai sans hésiter Hervé Bazin, suivi de Théophile Gautier.
Modifié en dernier par Yelti le 15 nov. 2009, 13:02, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Message par Aragathis »

Jolie démonstration. Je ne connais pas assez tous ceux dont tu parles dans tes listes qui, je l'imagine, restent encore exhaustives malgré leur richesse (quelle culture tu as là), donc je ne discuterai pas ce point.

Mais soit je divague soit je suis sot, car je ne comprends toujours pas pourquoi tu mets la faute à la langue elle-même, chose morte et irréelle s'il en est, au lieu de ceux qui la parlent bassement dans le problème des parleurs médiocres...

Quant à ce vieux Jules (Ferry, pas César)... Si le français n'était pas au programme de l'éducation nationale, on parlerait patois chacun dans son coin ; on ne comprendrait pas les Bretons si on habitait à Paris, pas plus qu'on ne serait d'accord sur l'orthographe de "paché" d'une vallée à une autre de ma belle Haute-Savoie ; il serait impossible, du moins bien trop laborieux, d'établir le moindre texte de loi pour le faire respecter avant des décennies ; la littérature, sans être au point mort, frôlerait les pâquerettes à part un ou deux coups de génie ; aucune formation scientifique sérieuse ne pourrait avoir lieu à une échelle nationale ; le niveau de développement du pays serait ridicule, partant nous serions nous-mêmes de grands médiocres. Elle serait belle la langue.
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Message par Yelti »

Je ne dis pas que c'est la langue qui s'est appauvrie elle-même. Je ne lui impute pas la faute. Seulement, on dira souvent que c'est le locuteur qui fait la langue - ce qui est vrai -, mais on oublie aussi que "la langue conditionne celui qui la parle". Je vous laisse en tirer les conclusions qu'il faut.

Avoir répandu le parisien dans toute la France est une bonne chose ? C'est discutable. Il faut savoir que ce ne s'est pas fait tout seul, mais de manière violente. C'est qu'on les frappait ces mômes occitans qui parlaient leur langue dans la cour de récréation. Je pense que le français de Paris aurait inévitablement absorbé les autres langues d'oïl, sans Ferry. Les patois auraient disparus sans lui, grâce à la radio et à la télécommunication. Mais, voici une précision essentielle : l'occitan et le breton ne sont pas des patois. Tout comme le catalan n'en est pas un. En Espagne, la cohabitation du catalan et du castillan se fait sans dommage. Il aurait été possible que l'occitan, le breton, le basque et la langue d'oïl coexistent ; qu'il y ait des mélanges. Tous les grands auteurs ne seraient pas parisien. Regardez dans un dictionnaire : peu d'auteurs du XVIe sont de Paris. Après le XVIIe, tous les auteurs qu'on puisse trouver dans un dictionnaire en un volume sont presque tous nés à Paris et tous y sont morts.

Je me rends compte aussi que je me suis trompé, j'ai par mégarde mis Larousse parmi les assassins alors que je voulais le mettre du côté des guérisseurs, contrairement à Littré.

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Message par Aragathis »

Yelti a écrit :En Espagne, la cohabitation du catalan et du castillan se fait sans dommage.
De même, les Irlandais du Nord ont toujours été grands potes de l'Angleterre.
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Message par Yelti »

Ah ! Tu cites là un bon exemple. L'anglais est une langue très démocratique. Elle est la langue de tous les anglais. Il y a très peu de différence entre le parler et l'écrit. Il n'y a pas autant de "niveaux" qu'en français, il y a de mots strictement poétiques, des mots d'argots, et puis bastes : le registre de tout le monde.

J'ai dit la langue de tous les anglais. Pas des britanniques. La position des irlandais du Nord catholiques parlant maintenant l'anglais (les protestants sont des descendants de colons anglais) est la même que celle des auvergnats parlant français.

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Message par Aragathis »

Je voulais dire que la cohabitation dont tu parles entre le catalan et l'espagnol est une vision plutôt floue de la réalité : les deux langues, oripeaux de nationalismes et de fiertés outrées, se sont longtemps (peut-être encore) disputé le terrain sur tous les plans : administratifs, législatifs, scolaires, de signalisation de rue... C'est la guerre, pas la franche entente !

Et je retourne, déprimé, à ma dissertation en retard.
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Battologio
Messages : 648
Enregistré le : 10 sept. 2009, 18:50
Localisation : Agatharchidès

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Message par Battologio »

Euh...loin de moi l'idée d'intervenir dans ce débat ô combien passionnant, mais je me permet tout de même d'exprimer mon avis sur ce que Yelti dit de l'anglais. Langue démocratique ? Peu de niveaux linguistiques ? C'est ce qu'on voudrait nous faire croire ! Tout le monde s'imagine que l'anglais est une langue démocratique et simple (et de ce fait facile à apprendre et à manier), mais rien n'est plus faux : la langue anglaise est immensément riche, nuancée, comporte un mot différent pour chaque sens, ou une particule qui vient influer légèrement mais précisément sur un verbe...l'anglais simpliste si répandu (y compris en Angleterre) n'est qu'un pâle reflet de ce qu'il est en réalité : fin, bourré d'expressions idiomatiques, poétique. Tout ça pour dire que la déliquescence de la langue dont les français sont victimes se retrouve partout, et qu'elle est une conséquence de la démocratisation massive de la "culture", de l'hypermédiatisation, d'Internet, bref du règne du facile et de l'immédiat, et pas tant de la structure de la langue elle-même. Je pense que tous les lettreux de tous les pays occidentaux font le même constat que nous sur l'appauvrissement de la langue. Je ne pense pas rater complètement la porte (comme dirait Platon) en disant que la nature du français n'a pas tant à jouer dans la médiocrité linguistique du monde contemporain que tu veux bien le croire.

(Je reviens sur le banc, vous m'avez gardé du pop corn ?)
"Le savoir, n'est-ce pas, est un bien précieux. Trop précieux pour ne pas être partagé !" (Battologio d'Epanalepse, VII, 14, 5)

Avatar du membre
Waylander
Messages : 145
Enregistré le : 18 janv. 2009, 23:14

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Message par Waylander »

Je ne pourrais être plus d'accord.

Il n'y a qu'à lire Jane Austen pour s'en rendre compte! L' Anglais cultivé, le British tweed type, emploie un discours des plus modalisés qui contraste très fortement avec l'anglais - plus l'hideux anglo-américain à proprement parler- que l'on rencontre. Maintenant encore, on parle de l'Oxbridge accent, par exemple.

Ensuite, loin de moi l'idée que le Français n'est pas une langue extrêmement fine et subtile, "à niveau" pour reprendre l'expression de Yelti.
Un menuet? C'est est insensé! Un rigodon ou un passe-pied eussent été plus indiqués!

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: Défouloir contre les assassins de la langue françouèse

Message par Aragathis »

Waylander a écrit :l'hideux anglo-américain à proprement parler
De toute façon, les deux ne peuvent être assemblés :) .

Ok, :jesors: .
Ainsi parlait Aragathis.

Répondre