De L'Amour

Vous pouvez parler ici de ce que vous voulez... Littérature, cinéma, evènements, nouveaux sites internet...

Modérateurs : hsdcdb, Aragathis

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: De L'Amour

Message par Aragathis »

Pas même l'âge du capitaine.
Ainsi parlait Aragathis.
Avatar du membre
kervin
Messages : 1141
Enregistré le : 21 févr. 2008, 18:51

Re: De L'Amour

Message par kervin »

Le capitaine n'a pas d'age. Et il est construit avec des morceaux de G.I mort.
"Imaginer, c'est hausser le réel d'un ton." Gaston Bachelard.
Avatar du membre
Battologio
Messages : 648
Enregistré le : 10 sept. 2009, 18:50
Localisation : Agatharchidès

Re: De L'Amour

Message par Battologio »

Que vois-je ? On refait le Banquet ? J'aimerais participer à cette discussion qui m'a l'air passionnante, mais je ne me sens pas (mais pas du tout) le courage de reprendre tous vos exposés du début. Si quelqu'un pouvait me faire un bref résumé de qui soutient quoi je lui en saurai gré, histoire de savoir dans quel camp je suis, si je suis dans un camp, et sur qui je dois taper^^. A-t-on déjà abordé le problème des cigognes notamment ?
"Le savoir, n'est-ce pas, est un bien précieux. Trop précieux pour ne pas être partagé !" (Battologio d'Epanalepse, VII, 14, 5)
Avatar du membre
kervin
Messages : 1141
Enregistré le : 21 févr. 2008, 18:51

Re: De L'Amour

Message par kervin »

M'attaque à l'exposé dès que je peux (si quelqu'un peut le faire avant !) Ni cigogne, ni choux, ni rose...
"Imaginer, c'est hausser le réel d'un ton." Gaston Bachelard.
Avatar du membre
Battologio
Messages : 648
Enregistré le : 10 sept. 2009, 18:50
Localisation : Agatharchidès

Re: De L'Amour

Message par Battologio »

Tu es un chou (à défaut d'y être né) !
"Le savoir, n'est-ce pas, est un bien précieux. Trop précieux pour ne pas être partagé !" (Battologio d'Epanalepse, VII, 14, 5)
Avatar du membre
Battologio
Messages : 648
Enregistré le : 10 sept. 2009, 18:50
Localisation : Agatharchidès

Re: De L'Amour

Message par Battologio »

Bon personne ne veut relancer ce débat sans fin ?
"Le savoir, n'est-ce pas, est un bien précieux. Trop précieux pour ne pas être partagé !" (Battologio d'Epanalepse, VII, 14, 5)
Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: De L'Amour

Message par Yelti »

Pour me changer des comptoirs enfumés (délicieusement enfumés), du Chat Rimaillant, je glisse ici un petit poème en prose à l'eau de rose, bon à effeuiller dans les prés une après-midi d'été. Merde ! On est en hiver !

Hum. Donc.

BOTANIQUE

J’aime. De mon ventre éventré mon amour s’évente en poudre d’or et souffle dans des pétales de cheveux, avec entrain et outrance mais sans passion. Je n’éprouve pas d’amour, j’ai choisi d’aimer. J’aime. Le verbe ne supporte pas d’adverbe. J’aime la femme et j’aime l’homme. Je vous aime, vous les belles, les riches et les gentilles, vous qui êtes. Je ne veux plus vous donner d’épithètes, vous avez chacune le monde entier en vous, non voyez-vous je ne vous attribuerai plus que des fleurs et leurs couleurs. C’est marrant voyez-vous, enfin je veux dire c’est curieux, ou plutôt c’est rassurant, mais y réfléchissant ensemble nous avons tous eu l’idée des mêmes couleurs et des mêmes fleurs pour chaque fille pour chaque femme. La voilà la clef de nos prisons nommés lourdement Subjectivité ! Je ne puis plus que me désoler de ne connaître que peu de fleurs par leur nom, mais qu’importe j’irai prendre des cours de botanique ! En attendant, mesdames et messieurs, je peux vous dire que *** est une tulipe orange, que *** est une rose rouge, que *** est un coquelicot ou quelque chose comme ça de plus solide, que *** à défaut d’être une étoile est un edelweiss, que *** est un artichaut violet (ne riez pas : c’est beau une fleur d’artichaut !), que *** fut une marguerite que je n’ai pas effeuillé.
Je ne désire même plus tenir le bouquet entre mes mains car, moquez-moi monsieur moquez-moi madame, les fleurs ça ne se mange pas monsieur, ça se contemple madame.
Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: De L'Amour

Message par Aragathis »

Superbe conclusion, Yelti. Le prochain est attendu à l'accueil.
Ainsi parlait Aragathis.
Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: De L'Amour

Message par Yelti »

C'pas franchement un romantique, Chosta, même pas du tout.
La seule et unique de ses oeuvres qui parle d'amour est un poème de Marina Tsetaïeva mis en musique et qui dure trois minutes.
Avatar du membre
Laurent Jerry
Messages : 361
Enregistré le : 10 déc. 2007, 12:14
Localisation : J'ai quitté ma caverne / J'accueille en ma taverne / en lisant un bon Verne / Au-dessus de ...
Contact :

Re: De L'Amour

Message par Laurent Jerry »

J'abonde dans le sens de Yelti. Lisez Central Europe et perdez vos illusions sur un Chostakovich romantique.
Image
Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: De L'Amour

Message par Yelti »

Chosta n'est ni un romantique au sens fleurbleue du terme ni au sens musical du terme. Ses techniques de composition sont tout sauf romantiques si l'on excepte sa 5ème symphonie. (Une symphonie sur 15 c'est pas grand chose même si c'est la plus connue.) De plus Chosta est un sale matérialiste coco pas rêveur du tout, les thèmes qu'il aborde : la guerre, la mort, l'ironie ne sont pas très romantiques.
Ceci dit, je m'en vais suivre les liens de Laurent et du Captain.

edit : C'est fait. La cinquième par Berstein, je te l'accorde c'est du romantisme. Mais va écouter la version d'Inbal.... En revanche, (je ne voudrais pas faire mon savant, je peux tromper là-dessus) les harmonies de la Romance ne me paraissent pas franchement romantiques.
Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: De L'Amour

Message par Yelti »

Eh ! C'est qu'entre à Boulez, Stravinski, Debussy et toute cette école que je n'aime guère, et le romantisme XXIèmesiècliste de Sibelius et Furtwängler, il y a un gouffre qu'on remplit avec des gens qui ne sont ni dodécaphonistes (bien qu'ils peuvent utiliser la musique sérielle comme matériau) ni romantiques, et qui ont pour nom Mahler, Chostakovitch, Prokofiev... Mais brisons-là, et allons les écouter plutôt que de les commenter :).
Avatar du membre
Laurent Jerry
Messages : 361
Enregistré le : 10 déc. 2007, 12:14
Localisation : J'ai quitté ma caverne / J'accueille en ma taverne / en lisant un bon Verne / Au-dessus de ...
Contact :

Re: De L'Amour

Message par Laurent Jerry »

En fait, je me rends compte que je ne suis pas d'accord avec Yelti non plus : Dmitri Chostakovich n'était pas “un sale matérialiste coco” (et je dis cela en détestant plus que tout sa musique) : il n'eut tout bonnement pas le choix de ce qu'il composa, il avait un flic du KGB derrière lui (j'exagère à peine) ; Staline lui avait parfaitement fait comprendre que si ce qu'il composait n'avait pas l'heur de lui plaire (à lui, Joseph Djougachvili, Petit Père autoproclamé des peuples), le compositeur irait composer pour les lichens de la toundra sibérienne, comme certaine violoniste vue dans Le Concert. Et voilà comment une œuvre telle que Lady Macbeth fut considérée comme contraire à l'esprit du peuple (c'est-à-dire au goût personnel de Staline), et donc son auteur “ennemi du peuple”.

Le style que recherchait peut-être Chostakovitch se rapprochait plus ou moins de celui de Stravinsky, mais il était sommé de n'en tenir aucun compte et de composer des œuvres “à la gloire de Lénine”, des “réponse[s] créative[s] d'un artiste soviétique à de justes critiques” [sic]...
Par contre, pour le style, eh bien comme le dit Yelti, c'est effectivement dans ce fossé (stylistique) situé entre les romantiques tardifs et les dodécaphonistes. Avec une nuance particulière : Chostakovitch a écrit avant tout et en premier pour le cinéma. Ce qui s'entend bien dans son œuvre.
Image
Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: De L'Amour

Message par Yelti »

Il me faut modérer ton propos quoiqu'il soit juste. Tout d'abord Chostakovitch est mort sous Brejnev. A part la XXIe et la XXIIe qui sont des commandes (et qui restent magnifiquement écrites), les symphonies tardives de Chostakovitch sont tout à fait audacieuses. Mais pour aimer le Chostakovitch de sous Staline, il faut aimer l'ironie, et il faut avouer que le compositeur avait un grand talent pour se foutre de la gueule du petit père. Les quatrième, sixième et huitième symphonie sont tout sauf réalistes-soviétiques. Chostakovitch n'est pas le petit père de la symphonie russe, ça c'est Miaskovski (qui a su faire des choses qui sont tout à fait au goût de Staline et qui sont pourtant très belles, ce n'est pas parce que contraintes il y a que ces contraintes conduisent à des œuvres laides). Mais reparlons de l'ironie : la neuvième : Staline commande une grande symphonie pour célébrer la victoire de l'armée rouge... et Dimitri, lui, qu'est-ce qu'il nous fait ? Une petite symphonie joyeuse pour un orchestre modeste avec des airs et des sonneries de fanfares.
Et pour parler de la réponse créative à une juste critique, c'est un tour de force, et encore une prouesse en terme de foutage de gueule (émerveillons-nous des airs des suites jazz glissés subrepticement dans le deuxième mouvement !). Chostakovitch disait qu'il voulait qu'en écoutant la cinquième, on aie l'impression d'être fouaillé par un bâton qui vous dise : "Sois heureux ! sois heureux !".


Quant au Concert, c'est pour le moi le meilleur film de l'année 2009, :thumbsup:.
Modifié en dernier par Yelti le 08 févr. 2012, 04:58, modifié 1 fois.
Avatar du membre
Laurent Jerry
Messages : 361
Enregistré le : 10 déc. 2007, 12:14
Localisation : J'ai quitté ma caverne / J'accueille en ma taverne / en lisant un bon Verne / Au-dessus de ...
Contact :

Re: De L'Amour

Message par Laurent Jerry »

Je consens à ces modérations. Toutefois il reste qu'un nombre certain de ces œuvres (la symphonie Leningrad en est un très bon exemple) a été fortement censuré, en général par le compositeur lui-même (mais souvent à la demande de sa femme) pour ne pas risquer une mise à l'index supplémentaire. Mais tu as raison de mentionner ses insinuations discrètes et subversives, invisibles pour une oreille “censurante”.
Image
Répondre