Voltaire VS Rousseau, le retour

Vous pouvez parler ici de ce que vous voulez... Littérature, cinéma, evènements, nouveaux sites internet...

Modérateurs : hsdcdb, Aragathis

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Yelti »

Diderot a écrit :Et si par malheur on ressemblait à un certain poète que j’envoyai à Pondichéry ? — Qu’est-ce que ce poète ? — Ce poète… Mais si vous m’interrompez, lecteur, et si je m’interromps moi-même à tout coup, que deviendront les amours de Jacques ? Croyez-moi, laissons là le poète… L’hôte et l’hôtesse s’éloignèrent… — Non, non, l’histoire du poète de Pondichéry. — Le chirurgien s’approcha du lit de Jacques… — L’histoire du poète de Pondichéry, l’histoire du poète de Pondichéry. — Un jour, il me vint un jeune poète, comme il m’en vient tous les jours… Mais, lecteur, quel rapport cela a-t-il avec le voyage de Jacques le Fataliste et de son maître ?… — L’histoire du poète de Pondichéry. — Après les compliments ordinaires sur mon esprit, mon génie, mon goût, ma bienfaisance, et autres propos dont je ne crois pas un mot, bien qu’il y ait plus de vingt ans qu’on me les répète, et peut-être de bonne foi, le jeune poète tire un papier de sa poche : ce sont des vers, me dit-il. — Des vers ! — Oui, monsieur, et sur lesquels j’espère que vous aurez la bonté de me dire votre avis. — Aimez-vous la vérité ? — Oui, monsieur ; et je vous la demande. — Vous allez la savoir. — Quoi ! vous êtes assez bête pour croire qu’un poète vient chercher la vérité chez vous ? — Oui. — Et pour la lui dire ? — Assurément ! — Sans ménagement ? — Sans doute : le ménagement le mieux apprêté ne serait qu’une offense grossière ; fidèlement interprété, il signifierait : vous êtes un mauvais poète ; et comme je ne vous crois pas assez robuste pour entendre la vérité, vous n’êtes encore qu’un plat homme. Et la franchise vous a toujours réussi ? — Presque toujours… Je lis les vers de mon jeune poète, et je lui dis : Non seulement vos vers sont mauvais, mais il m’est démontré que vous n’en ferez jamais de bons. — Il faudra donc que j’en fasse de mauvais ; car je ne saurais m’empêcher d’en faire. — Voilà une terrible malédiction ! Concevez-vous, monsieur, dans quel avilissement vous allez tomber ? Ni les dieux, ni les hommes, ni les colonnes, n’ont pardonné la médiocrité aux poètes : c’est Horace qui l’a dit [18]. — Je le sais. — Êtes-vous riche ? — Non. — Êtes-vous pauvre ? — Très pauvre. — Et vous allez joindre à la pauvreté le ridicule de mauvais poète ; vous aurez perdu toute votre vie ; vous serez vieux. Vieux, pauvre et mauvais poète, ah ! monsieur, quel rôle ! — Je le conçois, mais je suis entraîné malgré moi… (Ici Jacques aurait dit : Mais cela est écrit là-haut.) — Avez-vous des parents ? — J’en ai. — Quel est leur état ? — Ils sont joailliers. — Feraient-ils quelque chose pour vous ? — Peut-être. — Eh bien ! voyez vos parents, proposez-leur de vous avancer une pacotille de bijoux. Embarquez-vous pour Pondichéry ; vous ferez de mauvais vers sur la route ; arrivé, vous ferez fortune. Votre fortune faite, vous reviendrez faire ici tant de mauvais vers qu’il vous plaira, pourvu que vous ne les fassiez pas imprimer, car il ne faut ruiner personne… Il y avait environ douze ans que j’avais donné ce conseil au jeune homme, lorsqu’il m’apparut ; je ne le reconnaissais pas. C’est moi, me dit-il, que vous avez envoyé à Pondichéry. J’y ai été, j’ai amassé là une centaine de mille francs. Je suis revenu ; je me suis remis à faire des vers, et en voilà que je vous apporte… Ils sont toujours mauvais ? — Toujours ; mais votre sort est arrangé, et je consens que vous continuiez à faire de mauvais vers. — C’est bien mon projet…

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Aragathis »

J'ai ni envie de rire - ou n'importe, chéri -
Ni de pleurer ; je devrais, je crois, abandonner
Et noyer mon mépris dans un verre enfumé.

Diderot ? Que diable vient-il faire ici ?
Que nous vaut le plaisir d'ouïr ses inepties ?
En quoi sa clairvoyance infaillible et suprême
Résout-elle en un clin notre combat extrême ?

Parce qu'un tel a dit que Rousseau, en cherchant,
Ne vaut pas de la bouse et se fait attachant,
Je devrais m'incliner et le louer, convenu,
Pour ne pas reconnaître que ce roi est nu ?
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Yelti »

Énumérant ses arguments,
Et Comptant ses pieds sur ses doigts,
(pardon, Hercule, ses syllabes),

Le combattant, se relevant
De son KO pasàlanoix,
Pointa sa tête d'astrolabe.

Voulant rire, il cracha ses dents
Et beaucoup de sang couleur poix.
Déraciner les baobabs,

C'est pour les ours, pas les renards.
Il eût dû rester au plumard.


Quant à invoquer Diderot,
J'ai le droit d'égayer mes vers
Avec des clins d’œils pas idiots.

Il y a la plus persistante des mauvaises
herbes à déraciner. Tout doit y passer.
Vers mêlés. Vers relâchés et libérés. Vers blancs.

Avatar du membre
Rai de Kumano
Messages : 68
Enregistré le : 17 sept. 2011, 01:22

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Rai de Kumano »

"VOLTAIRE VS ROUSSEAU", EDITION OF HALLOWEEN

EPISOSE ONE: LA NUIT DE NOVEMBRE
Directed by Rai de Musset
Starring: Rai de Kumano, Yelti, Aragathis, Hsdbcd, Poupi, and also la Muse.



LA MUSE

L’envol des noctules sous la lune d’opale,
Vaste frémissement au dessus du bois pâle,
Annonce la venue du livide guerrier
Qui vient ceindre à son front l’épine et le laurier.

LE BARBARE

De la sylve profonde agitant la ramure,
Une brise argentine au familier murmure,
Souffle à mon oreille les aiguillons rituels
De l’amante éthérée qui m'entraîne aux duels.

LA MUSE

Raijin, regarde-moi ! La funeste clairière
Où tu cours te battre, s’étend juste derrière
Cette ligne d’arbres, dont le branchage dru
Te dérobe un décor plus grand que tu n’as cru !

LE BARBARE

Déité nue, l’onde d’or que ta chevelure
Irradie jusques à mes pieds, baigne l’enflure
De ma cheville dans ces mielleuses chaleurs
Que Marie-Madeleine insufflait à ses pleurs !

LA MUSE

L’arène qui t’attend a bien changé de taille,
Ton combat singulier s’est grossi en bataille ;
Alliés et ennemis te reconnaîtront, quand
De Voltaire ou Rousseau tu rallieras le camp !

LE BARBARE

A ces réjouissances l'on me prend de vitesse ?
Je bois à tous les camps, pourvu que j’aie l’ivresse
Du carnage, des morts, de la désolation,
Que Satan, ce faussaire, appelle création !

LA MUSE

Paix ! Je te l’implore ! Ta mâle véhémence
Me soulève le sein et me jette en démence !
Sortons de la forêt et découvre à tes yeux
La configuration spectrale de ces lieux !

LE BARBARE

Par l’enfer ! La lune zénithale illumine
La sommière où pas un assaillant n’y fulmine,
Pas un mourant n’y geint. Nul coup, nul heurt, nul bruit ;
Les combattants se sont resserrés dans la nuit !
Tous entourent Yelti, dont le corps git à terre,
Tous le veillent, même les damnés de Voltaire.
Aragatis a sous la nuque du blessé
Calé un tas de paille, à grand-peine glissé,
Tant la tête massive a dû poser problème ;
Qui l’eût pu soulever, hors l’homme au masque blême ?
Poupi, ce fier garçon des champs, au chevet
Du héros, le nettoie, et le panse et le vêt.
Un silence attentif a figé la clairière,
En l’absence d’enclos, leurs épées pour barrière,
Ces héros sont des loups, qui dans ce pré sylvain,
Fixent les alentours avec un air ovin !
O tremblante muse ! Partout dans la pénombre
J’aperçois des formes, des silhouettes sans nombre ;
Quelles sont, dis-le moi, ces immobilités
Mouvantes, aux regards pleins de sales clartés ?

TO BE CONTINUED…


EPISODE TWO: LA QUERELLE DES SIECLES 3D
Directed by Victor Kumano
Starring: Rai de Kumano, Yelti, Aragatis, Hsbcd, Poupi, Personne, Tom Volter, Brad Russo, and again La Muse.

Coming soon...


Please, just call me Ray. 8)


Image
Modifié en dernier par Rai de Kumano le 11 nov. 2011, 12:26, modifié 8 fois.
Faire de l'esprit lorsqu'entre mes mains l'on tombe,
C'est creuser à l'aide de sa langue, sa tombe.

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Aragathis »

Ah, vers blancs ? Jetons-y nous, jetons-nous-y, ou un truc du genre, je ne sais.
Moi aussi, je sais ne plus savoir
Parler
Ni penser droit.
Je te le prouve.


Ce n'était pas un clin d’œil, c'était un œil clos.
On n'appelle pas paupière ou papillon un pavé de deux pages,
fut-il diderien.
Futile dit-de-rien d'ailleurs que ce clos d’œil !
Qu'apprend-on ? Rien.
Qu'apporte ce bloc au sujet de RoussAire ? Que dalle.

Ah.

Je ne me suis pas planté moi-même en avouant ma faiblesse
(ma haine, rappelez-vous) ;
j'estime même - quel orgueil - avoir fait preuve d'honnêteté,
ce qui, avouons-le, se fait, peut-on dire, assez rare.

M'enfin, passons.

Rousseau eût mieux fait, en toute circonstance,
de fermer sa gueule. Je maintiens.
Voltaire, lui, ne l'a pas assez ouverte.

Et s'il admirait Frédo Deuxième, ce en quoi
(je le réprouve)
je ne le suis pas vraiment,
il n'a au moins pas tenté de me faire regretter de marcher à quatre pattes.
Ainsi parlait Aragathis.

Poupi
Messages : 1252
Enregistré le : 21 déc. 2009, 12:44
Localisation : Enseveli sous la neige de Lorraine

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Poupi »

il n'a au moins pas tenté de me faire regretter de marcher à quatre pattes.
Te voilà t'abaissant au niveau ridicule
Du limaçon que tu voudrais pouvoir défendre.
Ne pouvant dépasser sa pensée minuscule
Voltaire ne pouvait rien (ou presque) comprendre.

La métaphysique spinoziste ? « Ben... euh...
Dieu peut quand même pas se combattre lui-même ? »
Et l'anthropologie de Jean-Jacques ? « Ben... euh...
C'était pas le progrès qu'il fallait bien qu'on l'aime ? »

Ces meuglements, dans la langue de Molière,
Beuglés arrogamment dans toute son Europe !
Quelle honte pour le français que ton Voltaire
Ne soit de la patrie d'Ovide ou bien d'Esope !

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Yelti »

Désopilante et vraie, la pique de Poupi !
Sombre et intimidant, le cinéma de Rai !
Arrivant sur le bout des pieds, j'applaudis !
Même les faux vers blancs de Renard sont jolis,

Si, si. Mais cependant, définitivement,
Ce vaillant combattant est dans le mauvais camp.
Voltaire ! Ah ! l'enfant ! le mal grandi soutenant
Le plus navrants des pédants et des malpensants.

Avatar du membre
Rai de Kumano
Messages : 68
Enregistré le : 17 sept. 2011, 01:22

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Rai de Kumano »

Yelti a écrit : Sombre et intimidant, le cinéma de Rai !

Ah, ouais? Et depuis quand est-ce que t’as décidé que t’avais la vertu de timidité, Yelti ?

T'as dû remarquer que ma coquette intro était un peu lège, niveau argumentation?…Pas faux. Mais le second opus sera pédant à souhait! Même que ça fait trois jours que j'te potasse l’article de Voltaire sur Wikipédia, histoire que mon cerveau il soit tout musclé! Va pas falloir essayer de le coller, le gars Rai, que j’te dis !

Tiens ! C’est t-y pas l’Captain, qu’est revenu ? Mon acteur fétiche ! Chouette, je vais lui écrire une scène de lit avec la Muse. P'tain, si avec ça je te pète pas le box office!

Rai Siffredi.
Faire de l'esprit lorsqu'entre mes mains l'on tombe,
C'est creuser à l'aide de sa langue, sa tombe.

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Aragathis »

Siffredi, siffreda, lève la queue et puis s'en va ! :joker:
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Aragathis »

Ce soir, on va aux puces.
Ainsi parlait Aragathis.

Répondre