Voltaire VS Rousseau, le retour

Vous pouvez parler ici de ce que vous voulez... Littérature, cinéma, evènements, nouveaux sites internet...

Modérateurs : hsdcdb, Aragathis

Avatar du membre
Scarabouille
Messages : 701
Enregistré le : 28 nov. 2008, 17:24
Localisation : Toulouse
Contact :

Message par Scarabouille »

Clair, quel renard !
Tel Anubis le Chacal, Reine-Mère, vous avez l'oeil fourbe et la dent furtive !

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Message par Aragathis »

Bah ouais *crunch* quelqu'un en doutait? 8)
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Yelti »

Merci pour le tuyau L.J. Mais il doit y avoir d'autres rubriques à consulter, c'est pas possible!? Dans les topics que tu m'as indiqués, Yelti fait l'idiot en bornant son argumentation à: 'Voltaire il est nul'. Pourtant, pour l'avoir étudié dans sa querelle sur Tolkien et Paolini, je sais que la grande force de l'animal réside surtout dans son érudition de folie!
Voltaire il est nul, oui. Voltaire il est zéro.
Et je vais le prouver puisque encore il le faut.

Que nous disent les cons qui embrassent son nom ?
Qu'il fut penseur, littérateur, et homme bon.
Vaines chansons ! Un mot pour son œuvre : Imposture !
Voyons tout point par point et désenflons l'enflure.

Penseur, hein ? Philosophe ? Au sens d'autrefois, ouais,
A celui d'aujourd'hui, non, nul, sans intérêt.
Des avis de bistro, ricanements débiles,
Détestation des clercs, royalisme sénile.

Littérateur ? Pitié ! Qui aime son théâtre ?
Qui le joue ? Qui le lit ? Peut-être des bellâtres...
Odieuses tragédies, bonnes à foutre au feu,
Glaires, soupes, déchets... Allons, soyons sérieux !

Et enfin homme bon ? Non pas ! Mauvaise femme !
Persifleuse, mégère et cancanière infâme.
Voltaire il est nul, oui, Voltaire il est zéro,
Républicains soyons sérieux, lisons Rousseau !

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Aragathis »

Oh le bel argument ! Celui que rien n'annule !
Relisons-le ensemble, il en vaut le détour :
« Voltaire écrivait mal, son théâtre étant nul.
Des cimes de son œuvre, un acte fait le tour. »

Bravo messire l'Ours, génial inventeur
Du truisme (gruiiii !) suivant : un auteur est à chier
Si un seul de ses mots n'est pas à la hauteur.
Appliquons-le à tous, il faut que vous sachiez :

Poe était un guignol, ses essais rabâchaient ;
Céline ? Un moins que rien : deux pamphlets, patatras ;
Molière fut crétin : ses tragédies louchaient.
Mais, et Rousseau alors ? Il chia de l'opéra !

Il ne manquerait plus pour mon amusement
Que la thèse imbécile cent fois écriée
Depuis deux siècles sourds à tout raisonnement,
Aisément démontée : « Voltaire négrier ! »
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Yelti »

Aigri et diminué, tu n'as pu me comprendre ?
Ou manipulateur, tu aurais fait semblant ?
Enfin, vois, applaudis, mon bon raisonnement.
De ce brave Voltaire, il faut bien sûr tout prendre.

Pour tout jeter. Tout est mauvais. Également.
Théâtre, poésie, contes et boniments.
Démanteler. Vider. Évacuer. Descendre.
De son œuvre navrante, osons faire des cendres.

Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par hsdcdb »

Cet ours fumeur fait fumer mes naseaux !
Il faut remettre au fond des troubles eaux
Ses vils propos, injures méprisantes.
Sa foi mauvaise agace l'esprit fin,
Fait ressortir le méchant aigrefin
Qui vit en lui, bêtises entêtantes.

Il convient donc, modulant rythme et vers,
Que, chers amis, nos arguments divers
Mettent à bas l'orgueilleux plantigrade
Qui se fourvoie en de méandres sourds.
Croisons le fer ! Que ses genoux trop lourds
Tombent au sol sans qu'il ait de parade !

Engagement. Echanges mouchetés.
Accordons, soit, une ou deux vérités.


Rousseau a tort, il doit le reconnaître :
Le Jeune Arouet pourrait certes, peut-être,
N'avoir raison sur tout et tout le temps,
Il peut compter beaucoup plus d'une tare,
Et mériter mille fois le Tartare,
Il n'est pas, lui, un de ces charlatans...

Poursuivons donc l'escarmouche légère.
Quarte du pied. Précision horlogère.


Le Genevois, sait parfois réfléchir,
Il n'écrit pas dans un affreux sabir,
Il ne suit pas les moutons de Panurge,
Il tient au loin tous les noirs préjugés,
Il porte l'Homme aux sommets érigés,
Il crie et hurle et se plaint et s'insurge.

Cela est fait. Moins serait offensant,
Plus serait faux, mensonger, indécent.


Parce qu'il hait tous ces vieux corps injustes,
Raides et froids comme les anciens bustes,
Il précipite un trop faible argument
Dans l'autre extrême où la rancœur domine.
Il juge ainsi bons pour la guillotine
Tout autre avis que le sien si charmant.

Il se complaît en Père-La-Morale,
Veut professer d'une voix pastorale,
Mais son discours s'oppose à ses actions.
Il n'en a cure et se moque des autres.
Lui seul dit vrai. Eux tous ? De faux apôtres !
Il dit, alors point de contestations !

Coupons un peu. Attendons la réplique.
Prenons la garde en restant bien stoïque.


Cet ours fumeur relèvera le gant,
Le coup suivant promet d'être élégant,
Plus que n'était, en tout cas, l'ouverture :
Il ne sied pas, entre dignes rixmeurs,
De ces mauvais propos provocateurs
Qui ne sont que simple caricature.

Anti-Rousseaux (point ne suis voltairien,
Point tout à fait, mais bien épicurien),
Prenons la plume et sus aux rousseauistes,
Purs ignorant d'un solide idéal
Qui sait user d'un humour tout verbal.
Pauvres, hélas ! idolâtres simplistes.
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )

Avatar du membre
personne
Messages : 873
Enregistré le : 18 janv. 2011, 13:40

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par personne »

L’histoire n’a, encore pour l’instant,
Pas commencé, puisqu’elle encore attend
Que se présente un jouteur combattant
Aux arguments plus qu’aux mots impotents…

J’ajouterai, à l’adresse de l’ours*,
Qu’il n’a pas, au fond de son discours,
Le matériel pour faire un bon travail
Où l’on aurait des arguments sans failles ;
Alors il hurle, absent de contenu,
Et fait le grand, tandis qu’il est tout nu :

Appeler ça prouver, ma pauvre Bernadette,
C’est lancer des menaces sans les pratiquer,
C’est vendre un lampadaire au marché des briquets,
Ça brille mais n’allume pas la cigarette.

C’est tuer un cadavre ou couper du papier,
C’est rouler sans permis dans son propre jardin,
C’est tirer au fusil des cailloux pour lapins ;
C’est mouiller un poisson, c’est suivre des sentiers.

*(prononcez « lourd »)


Mais voilà qu’on répond, grandiloquent,
C’est l’autre au masque, au nom imprononçable
Qui fait le fier, se pavane en moquant,
Mais voilà qu’on répond, c’est incroyable :

D’apartés prétentieux, de congratulations,
Il s’encense, tout orgueilleux, mais le comique ;
C’est qu’il oublie qu’il faudrait bien pour sa critique
Qu’à lui-même ses arguments il les appliquent !
Il dénonce que le Voltaire ait l’ambition
De croire que seul son parti n’a d’intérêt ;
Que celui-ci n’a foi qu’en son élocution,
Et qu’il dénigre avec excès les mots qu’auraient
À lui offrir ses adversaires « délurés » .

Pourtant toi-même, apparemment, conçoit ainsi
Tes arguments sur ceux des autres ; et j’en veux
Comme preuve l’étendue de ta logorrhée
En proportion de ton argumentaire outré,
Qui lui ne prend qu’un quart de ton parler verveux…
Comme d’un coup, à ce regard, tu as minci !

Et dites-moi, ce « mettre à bas »*, n’est-il donc pas
Un excès de confiance, un désir de trépas,
Si semblable à celui que tu bannis pourtant
Chez Voltaire, quelques vers plus bas, en notant
« Il juge ainsi bons pour la guillotine tout
Autre avis que le sien si charmant » ?… Voilà tout.

Je n’ai pas assez lu Voltaire ou bien Rousseau
Pour m’engager dans ce grand débat de pourceaux,
Mais j’accuse sans gène vos contradictions
Car c’est là une de mes plus grandes passions.

* Vers 9 d'Hsdcdb (pour la cruelle précision de la chose)
J'aime être la bonne personne au mauvais endroit et la mauvaise personne au bon endroit.

Poupi
Messages : 1252
Enregistré le : 21 déc. 2009, 12:44
Localisation : Enseveli sous la neige de Lorraine

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Poupi »

Je versifie moins bien que la majorité
Des capecrociens ci-présents ; cependant
Face à un tel débat, je ne peux résister,
Et m'élance, et suis prêt à y perdre mes dents.

Soyons clairs : Voltaire est un brillant activiste,
Ses multiples engagements lui font honneur,
Mais il est piètre auteur, très mauvais tragédiste
Et il est sans doute le dernier des penseurs.

Voltaire n'a, dans ses écrits, rien rédigé
Qui mérite autre chose que le dédain
Si ce n'est peut-être ces mots bien arrangés :
C'est fort bien, mais on doit cultiver son jardin.

Je défie quiconque de m'en aller conter
Sur ce pseudo-génie qu'on veut voltairien
Hors de cet aphorisme ; ses pièces ratées
Sont, las, décadence du vers cornélien.

Et quand à sa pensée, voguant de simplisme
En contresens, elle a le poids lourd et pesant
Des beaufs les plus grossiers ; son vulgaire ironisme
Est à Pascal ce que la poule est au faisan.

Oui, Jean-Jacques Rousseau a une biographie
Bien moins glorieuse, et il nous faut le reconnaître ;
Mais dans le domaine de la philosophie
Voltaire n'a pas su identifier un maitre.

Je ne saurais jamais alexandriniser
Tous fruits de l'esprit de ce cher Jean-Jacques ;
J'en cite un seul, mais si riche qu'on peut miser
Qu'il fut alimenté par quelque ammoniac.

C'est ce trait étrange que Rousseau repéra
Dans le Contrat social : si la plupart du temps
Les deux parties préexistent à leur contrat,
Celui-là peut créer l'un de ses contractants.

Méditez cette idée, voyez-en l'infini
Sur les plans des tenants et des aboutissants ;
Et dites-moi donc si le voltairien génie
A su jamais avoir penser aussi puissant.

Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par hsdcdb »

Le combat fait grand rage, il faut fourbir mes armes.
L'attaque est violente, agressive. En un mot,
Je dois répondre juste et que coulent vos larmes.
Ou qu'au moins vous perdiez. Musons bravissimo !
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Yelti »

Mordez un peu, quoi, c'est vrai. Il ne suffit de japper.
Vous n'avez ajusté aucun coup et parlez
Déjà d'être gagnant. Impossible, pourtant :
Je suis dans l'autre camp. Le seul qui soit puissant.

Vos procédés sont vils. Vous déformez mes dits.
Les disent bruyant vide. Eh ! sauf que vient Poupi,
Et qu'il vous réexplique, encore, trait par trait,
Que Voltaire il est nul. Vous voilà enfin faits !

Vous ne pouvez répondre alors fanfaronnez.
C'est pas du beau jeu, non, aucune loyauté.
Je vous mets au défi : montrez-moi rien qu'une oeuvre
De Monsieur Arouet qui puisse être la preuve
Que je ne dis pas vrai, qui ait de l'intérêt.
(Il faut quand même avoir le cerveau pas bien frais
Pour oser mettre à côté Epicure et Voltaire.
Le premier est penseur. L'autre aurait dû se taire.
)

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Aragathis »

Ce terrible adversaire... Une oeuvre ? Un mot suffit.
"Les Français ne sont pas fait pour la liberté.
Ils en abuseraient." Grognez, ragez ; je ris.
Ainsi parlait Aragathis.

Poupi
Messages : 1252
Enregistré le : 21 déc. 2009, 12:44
Localisation : Enseveli sous la neige de Lorraine

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Poupi »

Un soupir de Victor Hugo balaye ce mugissement bovin. Tu appelles cela une oeuvre ?

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Yelti »

Ripou ! Réac ! Rupin ! Démophobe incurable !
Tu es comme Voltaire, aussi tu le soutiens !
Vous êtes tous les deux fumistes impubliables !
Hélas lui est publié. Corrigeons ça. Enfin.

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Aragathis »

En fin de compte, oui ! Serais-je démophobe ?
Si nous considérons mon aversion des masses,
Ma haine du grouillot, mon doigt aux populaces,
La réponse sera certainement "Quel snob !"

Oui je te hais, vulgaire, et te conchie, vermine,
Wesh débile qui porte un pantalon fluo
D'un turquoise à gerber ; et toi, la coupe émo,
Qui chiales sur Skyrock ainsi qu'une gamine ;

Pouffiasse de banlieue, ta doudoune à fourrure
Est aussi ridicule à l'œil qu'un coq pelé ;
Roots embourbé de shit, ravale ta fumée ;
Ménagère, oublie Loft, et retourne à la sciure !

Oui, je mépriserai toujours le nul, le bas,
Le petit, le minable, et bien sûr le pourri.
Et si vous me trouvez inhumain et aigri,
Je m'en foutrai pas mal. Voltaire comprendra.
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Voltaire VS Rousseau, le retour

Message par Yelti »

Drapé d'adolescence autant que de vieillesse,
Le renard s'acheva tout seul sans qu'on l'aidât,
S'étranglant dans ses draps, tombant, patatra !
Piqué au juste endroit, bim, bam, droit dans les fesses.

Un de moins ! Maintenant, au tour de l'ennemi :
Diderot l'envoya paître à Pondichéry.
Place au plébéien, place, à Rousseau, au génie !

Répondre