Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Vous pouvez parler ici de ce que vous voulez... Littérature, cinéma, evènements, nouveaux sites internet...

Modérateurs : hsdcdb, Aragathis

Avatar du membre
RedSean
Messages : 102
Enregistré le : 12 mai 2008, 16:01

Re:

Message par RedSean »

Aragathis a écrit :Voici le haïku d'un maître japonais dont j'oublie le nom :

Un papillon
Sur les gerbes de fleurs
Du cercueil.
Le nom du maître japonais en question t'est-il revenu ?

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Aragathis »

Je crois qu'il s'agit de Naito Meisetsu, mais c'est à vérifier.
Ainsi parlait Aragathis.

titi
Messages : 61
Enregistré le : 29 oct. 2008, 16:47

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par titi »

J'aime beaucoup les haikus, ils sont si bruts et résument tellement bien les choses, parfois mieux qu'une longue description. Et celui ci est une vraie merveille...

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Aragathis »

De ces trois derniers, je préfère le deuxième : il me paraît plus mûr, plus net que les deux autres, qui me semblent un peu répétitifs. Mais ne nous y trompons pas : tu manies l'atermoiement verbal comme pas deux. Heureusement, peut-être, puisqu'on n'y comprendrait plus rien.
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Presquepoème

Message par Yelti »

Mais mon pauvre ami si tu vis un moment de bonheur
Il sera drainé punaisé emmuré dans les Palais de Glace
Et tu n’arriveras plus à croire que tu y étais que tu étais là que ton cœur battait
Regardais-tu ailleurs quand ton divorce de la poussière fut dit
Maintenant tu n’as plus assez d’imagination pour voir venir
Le Grand Rabibochage qui sauvera le monde.
Modifié en dernier par Yelti le 09 juin 2011, 16:16, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Yelti »

Sûr du propos, mais pas certain de satisfaire aux exigences de la poéticité.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Nouveau presquepoème

Message par Yelti »

COS'È IL FASCIO

Dites-moi qu'il est encore un homme à abattre
Dites-moi qu'il vit qu'il fuit qu'il rit
rouge à la face de ses poursuivants
Dites-moi qu'en lui frissonne démange frémit
le bonheur bouillonnant du fugitif
Comme un frais rameau qui poussant dans le poumon
chatouille -- Dites-moi qu'en cavale
il dort dans la neige et n'a pas froid
qu'en se levant il ricane et court et laisse
Dans la trace chaude de son corps une mare de sang
Pour humecter nos muqueuses arides
Dites-moi qu'il est un homme à abattre
Moi je suis l'homme abattu.
Modifié en dernier par Yelti le 09 juin 2011, 16:17, modifié 1 fois.

Avatar du membre
personne
Messages : 873
Enregistré le : 18 janv. 2011, 13:40

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par personne »

Pourquoi en chanson ? Je trouve que l'on ressent mieux toute sa force quand il est cru, tel quel, "froid" si j'ose dire.
J'aime être la bonne personne au mauvais endroit et la mauvaise personne au bon endroit.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Yelti »

Merci Personne de me défendre contre ce malotru qui veut me faire passer pour un chansonnier.
Un poète de mon envergure, non mais !

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Yelti »

T'as rien compris à la poésie post-romantique mon ami ! Je te renvoies à la pique du génial Mallarmé à cette bouse merdeuse de Debussy à propos de son faune : "Je l'avais déjà mis en musique !"

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Yelti »

Ah non ! Chacun son métier. Et c'est bel et bien aux comédiens de lire la poésie, ils le font bien mieux que les poètes, chargés de l'écrire.

Ce que je veux dire, c'est que les meilleurs poèmes sont ceux qu'on ne peut mettre en musique, car ils sont déjà une musique dont la finalité est... le silence.
Les meilleurs poèmes sont ceux qui font advenir cette chose si précieuse qu'est le silence.
Et c'est pour cette raison que Pierre Reverdy est de manière difficilement discutable le plus éminent des poètes.

Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par hsdcdb »

Yelti a écrit :Ah non ! Chacun son métier. Et c'est bel et bien aux comédiens de lire la poésie, ils le font bien mieux que les poètes, chargés de l'écrire.

Ce que je veux dire, c'est que les meilleurs poèmes sont ceux qu'on ne peut mettre en musique, car ils sont déjà une musique dont la finalité est... le silence.
Les meilleurs poèmes sont ceux qui font advenir cette chose si précieuse qu'est le silence.
Et c'est pour cette raison que Pierre Reverdy est de manière difficilement discutable le plus éminent des poètes.

C'est l'éternel refrain des égouts et couleuvres.
La poésie est l'art le plus divers qui soit :
Autant de voix que de poètes ; c'est en soi
Que chacun se déploie et produit ses chefs-d’œuvres.

L'un compose des airs cependant que tu œuvres
Pour offrir un silence, un de ceux qu'on reçoit
Au plus profond du cœur ; un autre entr'aperçoit
L'invisible et je fais faire aux mots leurs manœuvres.

Verlaine ou Reverdy, Rimbaud ou bien Marot,
Tous sont sur le podium, pas un sur le carreau.
Le poème est la fin, les Muses sont volages.

La plume est pour l'auteur ce qu'est l'aiguille au temps :
Multiple autant qu'unique, instable par instants.
La poésie au faîte, et point de nivelages !

LDB
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Aragathis »

T'en v'là d'la réplique !
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

La poésie au faîte

Message par Yelti »

Un de tes meilleurs, Hercule ! Dans les méandres marécageuses de la littérature, je t'y trouve sur une éminence où je ne soupçonnais pas de te trouver.

Je précise, pour Reverdy, quand je dis qu'il est le plus haut des poètes, ce n'est pas dans la conception de cet imposteur de Max Jacob qui nous expliquait lourdement dans sa préface antidatée par orgueil que tel poète était mieux situé que tel autre. D'ailleurs s'il fallait décerner la palme du poète le plus virtuose, à savoir de celui qui dispose du plus de moyens, il faudrait nommer Guillevic ou Gautier. Non, la hauteur de Reverdy est celle qu'a atteinte sa flèche, car c'est la sienne qui a atteint le plus près le silence, le vrai, celui qui tait même les voix intérieurs, et que je pressens comme la condition d'un bonheur adulte. Rimbaud n'en était pas loin avec son monde réduit en une maison musical. Char non plus avec sa poussière essaimée. Mais il faut la main de Reverdy pour faire danser la poussière en équilibre sur l'arrête du toit de la maison musicale.
N'oublions pas non plus, sur un tout autre mont qui est celui du bonheur enfant, Tzara, lui poète du bruit, qui porte au creux de son âge un enfant gai et bruyant.
Modifié en dernier par Yelti le 09 juin 2011, 16:18, modifié 1 fois.

Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par hsdcdb »

Merci du compliment.

[mode modestie ON] Il est vrai, quand je le relis, qu'il a quelques qualités. Je ne m'en suis pas trop mal sorti en pondant ce sonnet en 5 minutes, montre en main, juste avant de décoller de chez moi à 6 h 30 pour aller bosser... Cela faisait longtemps que je n'avais pas écrit, je n'ai pas trop perdu. [mode modestie OFF]

Plus sérieusement, tu sembles apprécier et connaître bien la poésie du XXe (Surréalisme et post). Je suis admiratif. Pour ma part, bien que l'ayant étudiée assez précisément et profondément, je n'ai jamais réussi à accrocher. Je n'aime pas les surréalistes (et j'ai pourtant un cousin préfacé par Breton himself) et les enjeux poétiques des années 50 et suivantes me semblent surfaits et trop philosophiques. Le reproche est bien évidemment dans le "trop", qui oublie le concret du monde dans lequel se débat le lecteur lambda. Même la "trace" de Char ne répond pas à mes exigences intérieures, même la vision défaillante et l'hommage décalé aux anciens de Jude Stefan ne parviennent à trouver totalement grâce à mes yeux, même si Reda s'accroche par la musicalité aux petits détails du quotidien, j'y reste sourd. Dans cette deuxième moitié du siècle passé, l'Oulipo reste ma ligne d'horizon, avec ses limites.
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )

Répondre