D'où vient votre pseudo?

Vous pouvez parler ici de ce que vous voulez... Littérature, cinéma, evènements, nouveaux sites internet...

Modérateurs : hsdcdb, Aragathis

Avatar du membre
Lorengarm
Messages : 124
Enregistré le : 10 nov. 2008, 18:58
Localisation : Vire

Message par Lorengarm »

Mon pseudo ?
Je l'eus trouva
dans Guide d'Arthur Spiderwick
Qui était Lorengarmo
Que je transforma
En Lorengarm

Désolée mon vers est nul !!
" Il était une fois [ ... ] Fin "

Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Message par hsdcdb »

Lorengarm a écrit :Mon pseudo ?
Je l'eus trouva
dans Guide d'Arthur Spiderwick
Qui était Lorengarmo
Que je transforma
En Lorengarm

Désolée mon vers est nul !!

Et la conjugaison de ton passé simple totalement incorrecte, désolé. :evil: :evil:
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )

Avatar du membre
Lorengarm
Messages : 124
Enregistré le : 10 nov. 2008, 18:58
Localisation : Vire

Message par Lorengarm »

Et la conjugaison de ton passé simple totalement incorrecte, désolé.
J'suis pas prof de Français, Na ! :x

Je rigola, désolée
" Il était une fois [ ... ] Fin "

Avatar du membre
AmélieD
Messages : 167
Enregistré le : 09 oct. 2008, 20:57
Localisation : Caesaromagus

Message par AmélieD »

Il est vrai que, comme hsdcdb, les passé simples délirants ont tendance à m'énerver. Il faut comprendre, les erreurs trop souvent reproduites ne plaisent plus du tout, surtout quand la règle n'est pas particulièrement compliquée ! Pour ma part, les "je ria, je sorta et je descenda", ça aurait fâcheusement tendance à me déprimer. Ce sont des barbarismes affreux qu'il est plus que dommage de trouver chez des gens dont la langue maternelle et quotidienne est censée être le français.

Le latin, ça a commencé par des trucs comme ça, et pour finir, on s'est retrouvé avec toute une série de nouvelles langues qui n'étaient plus du tout du latin. Or, il est bien dommage de penser que nos beaux textes classiques pourraient un jour pas si lointain sombrer dans le domaine des langues mortes. Qui prendra alors la peine de lire ces chefs d'œuvre ?
Saint Antoine de Padoue, faites briller sur moi les lumières de la raison !

Avatar du membre
AmélieD
Messages : 167
Enregistré le : 09 oct. 2008, 20:57
Localisation : Caesaromagus

Message par AmélieD »

Quand on a goûté aux textes originaux, il est difficile de se contenter d'une traduction. Ce n'est pas que les traducteurs fassent mal leur travail, mais chaque langue a ses façons bien à elle de nuancer la pensée et de signaler des petites choses.


Pour revenir au sujet, ou presque, je voudrais attirer l'attention, non sur mon pseudonyme qui n'a aucun intérêt et n'est d'ailleurs pas vraiment un pseudonyme, mais sur mon avatar. Ce personnage très cher à mon cœur et à qui je dois une double fière chandelle est un contemporain de Molière, Cyrano et donc de nos héros. En fait, c'est une crapule, mais une crapule pleine d'intelligence d'habileté et d'élégance. C'est un très fin analyste politique, un grand écrivain et un perdant magnifique. Il est connu : il apparaît dans un roman de Dumas. Pouvez-vous l'identifier ?
Saint Antoine de Padoue, faites briller sur moi les lumières de la raison !

Avatar du membre
AmélieD
Messages : 167
Enregistré le : 09 oct. 2008, 20:57
Localisation : Caesaromagus

Message par AmélieD »

Ce n'est point Machiavel. Et si ce personnage eut un rapport avec le Prince, c'est qu'il en était un, de prince, mais un prince de l'Église, pas un prince du sang (et encore moins un prince électeur). À la période la plus mouvementée de sa vie, il avait pour titre coadjuteur, et c'est ainsi qu'il apparaît chez Dumas.
Saint Antoine de Padoue, faites briller sur moi les lumières de la raison !

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Message par Aragathis »

C'est aussi ce que j'aurais clamé sur le champ, si je n'étais pas arrivé trop tard.
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
AmélieD
Messages : 167
Enregistré le : 09 oct. 2008, 20:57
Localisation : Caesaromagus

Message par AmélieD »

Richelieu, également appelé Monsieur de Luçon, avait l'honneur d'être titulaire de l'évêché "le plus crotté de France", d'après ses propres dires. Il ne fut point coadjuteur. Par ailleurs, il n'a rien d'un perdant : il a mené sa vie et le royaume d'une main de maître ! Mon personnage n'est pas aussi célèbre que le principal ministre, vu qu'il n'a jamais réussi à monter aussi haut que son ambition le souhaitait et que les rouages de l'Etat se sont passés de lui.
Saint Antoine de Padoue, faites briller sur moi les lumières de la raison !

Avatar du membre
AmélieD
Messages : 167
Enregistré le : 09 oct. 2008, 20:57
Localisation : Caesaromagus

Message par AmélieD »

Il s'agit en effet de Jean François Paul de Gondi, cardinal de Retz, coadjuteur de Paris à l'époque de la Fronde. Ses Mémoires sont un livre merveilleux. Les gens intelligents qui ne font pas un fromage de l'échec majeur de leur vie mais prennent plaisir à la raconter comme un roman, c'est toujours plus agréable que les geignards qui se sentent incompris.

Les chandelles que je lui dois sont toutes scolaires : c'est une chance inespérée de tomber sur un des seuls auteurs qu'on aime pour les deux épreuves qui comptent le plus.
Saint Antoine de Padoue, faites briller sur moi les lumières de la raison !

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Message par Aragathis »

Si par "geignards qui se sentent incompris" tu entends Rousseau, saches que je suis de tout coeur avec toi, mais n'ai pas eu ta chance : non seulement j'ai passé trois mois à l'étudier avec une prof qui l'adore (dur, très très dur, d'autant plus qu'on a bâclé ce cher Hugo en deux semaines...), mais en plus je suis tombé dessus à l'oral de bac. De quoi se précipiter du haut d'une falaise après avoir avalé deux bouteilles de ciguë et s'être injecté cinq seringues d'héroïne, en visant bien soit le requin qui attend gueule ouverte soit le rocher acéré trente mètres plus bas... Mais j'ai en même temps eu de la chance dans mon malheur, car je suis sans doute tombé sur la seule examinatrice au monde qui n'aime pas Rousseau non plus!
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
AmélieD
Messages : 167
Enregistré le : 09 oct. 2008, 20:57
Localisation : Caesaromagus

Message par AmélieD »

Ça se trouve, les gens qui n'aiment pas Rousseau. Au bout d'un moment, c'est fatigant, les paranoïaques, même lorsque leur réflexion philosophique ne manque pas d'intérêt. Et je compatis : dans les temps jadis, Rousseau aussi m'a fait souffrir pour le bac (heureusement, je m'en suis sortie sans lui).
Saint Antoine de Padoue, faites briller sur moi les lumières de la raison !

Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Message par hsdcdb »

Je n'aime pas Rousseau non plus. Je le trouve indigeste, maladroit, sans intérêt et d'une réflexion philosophique totalement fausse. Rien qui ne puisse le sauver.


J'ai eu de la chance, au bac, sinon : je suis tombé sur "Stella", tiré des Châtiments. 8) Heureusement que j'étais le dernier de la journée car je me suis laissé emporter au point de tenir mon explication sur près de quarante-cinq (!) minutes. L'examinatrice également qui n'a trouvé pour essayer de me coincer que quelques maigres questions sur la... versification. :lol:

Mais puisque j'ai été trop long, je n'ai eu que 18...
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Message par Yelti »

Vive Rousseau et ses bons sauvages, et à bas l'Ingénu, peu Indien, de Voltaire ! (Je vais à nouveau me faire lyncher ^^)

Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Message par hsdcdb »

J'exècre Rousseau, lui préfère Voltaire mais ce n'est pour autant que j'abonde en toutes ses orientations.

Cependant, l'Ingénu n'est, entre autres choses, que la démonstration par l'absurde de l'inanité du rousseauisme et de cet homme naturellement bon, qui est une monstruosité intellectuelle. Le Candide, de même, vise à contrarier, par l'ironie (voltairienne), la théorie du "tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles" de Leibniz. Le problème de Voltaire est qu'il a trop souvent le travers de détourner la pensée qu'il veut combattre. Ainsi, dans le Candide oublie-t-il l'adjectif "possibles", ce qui change le sens de la pensée.
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Message par Aragathis »

A bas Rousseau, ses plaintes geignardes, son complexe de persécution et ses idées délirantes (en plus c'est un sacré donneur de leçons : écrire un sujet sur l'éducation après avoir bazardé ses mômes chez une nourrice...)! Je lui préfère, et de loin, Voltaire et son ironie formidable!
Ainsi parlait Aragathis.

Répondre