L'anti-journal

Vous pouvez parler ici de ce que vous voulez... Littérature, cinéma, evènements, nouveaux sites internet...

Modérateurs : hsdcdb, Aragathis

Répondre
Avatar du membre
Yelti
Messages : 2103
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: L'anti-journal

Message par Yelti » 11 janv. 2015, 18:40

ça y est c'est lancé! j'ai entendu sur france info dire qu'il nous faudrait un patriot act à la française! misère!!

Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Re: L'anti-journal

Message par hsdcdb » 11 janv. 2015, 22:55

En gros (non, Captain, je ne parle pas de toi), nous sommes tous du même avis. La poésie n'est donc pas notre seul point commun. 8)
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )

Avatar du membre
personne
Messages : 873
Enregistré le : 18 janv. 2011, 13:40

Re: L'anti-journal

Message par personne » 12 janv. 2015, 21:08

J'aurai du mal à répondre du tac au tac là-dessus...
Pour la première : qu'est-ce que tu appelles impasse juridique ? Le Procureur, dans sa robe rouge, pourra toujours t'accuser de l'infraction de terrorisme à l'échelle nationale (article 421-1 code pénal : des infractions telles que l'atteinte volontaire à la vie, à l'intégrité physique, "ayant pour but de troubler gravement l'ordre public par l'intimidation ou la terreur", en sachant que l'ordre public rentre dans la catégorie des farfadets juridiques, avec l'intérêt général, les meubles incorporels et autres créatures fantastiques.).
" L'objection de conscience active est-elle saisissable par l'esprit des lois ?" => C'est à dire ?

Hiérarchie des lois ? Oui, les contrats, puis les règlements, puis les lois du Parlement, puis la Constitution, et au dessus le droit communautaire, et encore au-delà Rousseau, bardé d'une auréole, qui agite désespérément le contrat social, que personne n'a encore signé.
Mais sinon, au sein même des lois parlementaires, on distingue les lois "d'ordre public" (rebelote), et les autres, qui peuvent faire l'objet d'aménagements. ça c'est une chose. D'autre part, rien n'empêche de poser des exceptions : par exemple, pour une infraction pénale, on parlera de fait justificatif, qui empêche l'imputation de l'infraction à l'auteur. Par exemple, la légitime défense, ou l'état de nécessité... Voire, pour un procès, les droits de la défense (voler un document pour prouver son innocence).
L'autorisation de la loi, l'ordre de la loi, ou de l'autorité légitime, sont aussi des faits justificatifs. Ainsi du policier qui tue lorsque la vie d'autrui est immédiatement en jeu... Comme dans notre affaire. Un article du Code Pénal prévoit le cas : autorisation de la loi.
Voilà pour la technicité...

Je ne suis pas un expert de la philosophie du droit, mais je peux t'assurer que l'Etat n'est pas si loin du Léviathan de Hobbes. Il est souverain, et ne souffre pas la contradiction... Puisqu'il n'existe que par son culte, de toute façon ; grand farfadet parmi les farfadets. Et si une loi outrepasse les prescriptions d'une autre, il y a de grande chance qu'il en profite.
J'aime être la bonne personne au mauvais endroit et la mauvaise personne au bon endroit.

Avatar du membre
personne
Messages : 873
Enregistré le : 18 janv. 2011, 13:40

Re: L'anti-journal

Message par personne » 13 janv. 2015, 00:08

Eh bien oui, l'article 2 de la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789, qui est compris dans le "bloc" de constitutionnalité : sont énumérés les "droits naturels et imprescriptibles de l'homme", à savoir la liberté, la propriété, la sûreté et... la résistance à l'oppression.
J'aime être la bonne personne au mauvais endroit et la mauvaise personne au bon endroit.

Avatar du membre
personne
Messages : 873
Enregistré le : 18 janv. 2011, 13:40

Re: L'anti-journal

Message par personne » 13 janv. 2015, 15:34

Tu remarques en effet tout le soucis qu'il se pose.
La QPC (en vigueur depuis 2010), n'est pas un mécanisme idiot en soit : il permet de contrôler a posteriori la conformité des lois à la Constitution ; contrôle qui est sensé être entre les mains des justiciables : nous tous. Donc, normalement, c'est un engin démocratique, pouvoir donné à tout un chacun pour contredire la pertinence des élucubrations législatives.
Mais les problèmes sont les suivants : elle ne permet pas de s'adresser directement au conseil constitutionnel. Il faut d'une part être impliqué dans une affaire, d'autre part subir les "filtres" des juridictions classiques (administratives ou civiles). Autant dire que si la Cour de Cassation ou le Conseil d'Etat estiment que le pauv' type posent des questions un peu trop emmerdantes par rapport à leurs propres jurisprudences, ils vont éviter de transmettre la question de constitutionnalité (avec des motifs qui s'apparentent parfois à du sarcasme, type : "question non pertinente"...).

Et en admettant que la question passent cette barrière, c'est le Conseil Constitutionnel qui s'en occupe... Institution louable, mais qui est à peine plus grande qu'une boîte d'oeuf, et composée notamment de nos fabuleux anciens présidents. Giscard continue à faire le couillon avec Chirac, pendant que Jospin essaie de ramener sa fraise.
Ils peuvent faire bouger les choses. Parfois même en prenant les avants sur la cour européenne des droits de l'homme, ce qui est costaud. Mais il n'y a pas de grandes improvisations à attendre de leur part...

Et, effectivement, il existe les "PFRLR", Principes fondamentaux reconnus par les lois de la République, grands principes que le Conseil Constitutionnel, et curieusement le Conseil d'Etat créent (en interprétant et se référant à des textes constitutionnels) et utilisent ; et dont ils affirment la valeur constitutionnelle. Et les Principes à valeur constitutionnelle, qui eux se passent de référence, surgissant ex nihilo pour s'ajouter à la Constitution...
Bref, beaucoup de pouvoirs pour ces quelques gugusses.
J'aime être la bonne personne au mauvais endroit et la mauvaise personne au bon endroit.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2103
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: L'anti-journal

Message par Yelti » 13 janv. 2015, 20:27

Quatre ans de prison pour un pauvre ivrogne qui avait fait l'apologie des Kouachi sous l'emprise de l'alcool, cette misérable sotte imbécile et malveillante de Saint Cricq qui veut "traquer tous ceux qui sont pas Charlie" au nom du Roman National Unique.... Le festival des conneries ne fait que commencer...

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Re: L'anti-journal

Message par Aragathis » 14 janv. 2015, 13:07

"Ceux qui n'ont pas respecté la minute de silence, ceux qui "balancent" sur les réseaux sociaux [dites, de capétiens à renard, ça veut dire quoi une expression pareille ?], et ceux qui ne voient pas en quoi ce combat est le leur ; eh bien ce sont eux que nous devons repérer, traiter, intégrer, ou réintégrer dans la communauté nationale." (ladite Saint Cricq, que je ne connaissais pas et que je suis fort fâché de découvrir, merci Yelti).

C'est quoi ça ? C'est quoi ce délire fumeux et empoisonné ? J'avais peur d'entendre des discours de ce genre, mais si violents et si rapides après les événements, c'est trop. "Ceux"-là ne sont pas tous malades, cliniquement inaptes, ni même socialement dangereux ! Elle fait le même genre d'amalgame qui pousse à dire musulman = terroriste en puissance, sauf qu'elle le dit froidement à la télé et que la journaliste s'en cogne. Elle tient un discours hygiéniste et sécuritaire à faire frémir, elle parle de bourrage de crâne et de religion d'Etat, et tout le monde s'en fout ?! C'est pourtant du même niveau que les extrémistes qu'elle prétend combattre !

Merde !
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2103
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: L'anti-journal

Message par Yelti » 14 janv. 2015, 15:18

Qui eût cru qu'un jour je fusse d'accord avec Cloclo Guéant... On lui demandait s'il allait s'abonner à Charlie, il a répondu que non, que lui les dessins de Charlie le choquaient, qu'il les désapprouvait et ne se s'abonnerait pas, mais que la liberté d'expression ne devait pas avoir de limites. Ce qui est cohérent.
Ca l'est beaucoup moins de faire de Charlie un symbole de la liberté d'expression et de condamner un ivrogne et de mettre en garde à vue Dieudonné parce qu'ils avaient cru naïvement que la liberté d'expression s'étendait jusqu'à eux...

En tout cas, notre bon ministre de l'Intérieur, qui aurait dû démissionner il y a peu, peut se réjouir du drame.. tout le monde a oublié Rémy Fraisse grâce à Charlie, c'est beau le règne de l'Actualité sans mémoire.

(Je précise si besoin que je ne me réjouis pas pour autant que des couillons avinés fassent l'apologie d'assassins et que je considère Dieudonné comme étant con et ridicule... bien qu'encore plus ridicule la guéguerre personnelle que lui a lancé notre chef de gouvernement depuis un petit temps, lui forgeant une formidable image de martyr de la censure.)

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2103
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: L'anti-journal

Message par Yelti » 14 janv. 2015, 15:32

Monde de merde, comme disait Abitbol

Heureusement que y'a The Voice qui recommence sur TF1.

Répondre