Citations marquantes

Vous pouvez parler ici de ce que vous voulez... Littérature, cinéma, evènements, nouveaux sites internet...

Modérateurs : hsdcdb, Aragathis

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2105
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Citations marquantes

Message par Yelti » 04 nov. 2012, 17:54

Locke vs Descartes en scène..

Et c'est sympa comme sujet de philo... [mode Yelti méchant dès fois ça lui prend on]Ne te fais pas passer pour meilleur en philo que tu ne l'es, on a lu Outrenord..[/off]

Poupi
Messages : 1252
Enregistré le : 21 déc. 2009, 12:44
Localisation : Enseveli sous la neige de Lorraine

Re: Citations marquantes

Message par Poupi » 04 nov. 2012, 19:10

Je disais qu'il fallait que je m'habitue à la fac non en raison d'un niveau trop peu élevé, mais en raison de sa pratique très spécifique de la philosophie ; jamais je n'avais eu encore de référence directe à un auteur dans un sujet. Et Outrenord, pour un truc écrit à 18 ans, c'est pas de la merde. Pour sur que j'écrirais (et n'écris) plus la même chose aujourd'hui.
Et non, môssieur, je ne cite pas Locke, moi.

Poupi
Messages : 1252
Enregistré le : 21 déc. 2009, 12:44
Localisation : Enseveli sous la neige de Lorraine

Re: Citations marquantes

Message par Poupi » 06 nov. 2012, 07:31

Touché.

Avatar du membre
personne
Messages : 873
Enregistré le : 18 janv. 2011, 13:40

Re: Citations marquantes

Message par personne » 08 nov. 2012, 01:15

C'est que le monde passe vite,
Deux, trois dimanche en pleine lumière,
Et des enfants qui courent,
Les vieux claquent leurs dents sur des vitraux sans Dieux,
Et l'apéritif n'en finit pas de raconter sa vie,
Et la vie est passée,
Et la vie est derrière,
La vie était partout,
Et la vie est nulle part,
Il y a que tout ou presque se passe au bord de l'ombre,
A demi mot perdu,
Au carrefour des mystères,
Effluent souterrain...
Nous n'avons fait que fuir, nous cogner dans les angles.

Bertrand Cantat
J'aime être la bonne personne au mauvais endroit et la mauvaise personne au bon endroit.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2105
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Citations marquantes

Message par Yelti » 18 nov. 2012, 21:35

"Ma grand-mère... l'bon Dieu j'âvais pâ b'soin d'aller l'voir à l'église, j'l'avais d'vant moâ."

un bourguignon à casquette

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2105
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Citations marquantes

Message par Yelti » 26 nov. 2012, 23:55

‎"Alors, quoi ? ce livre, ce n'était que cela ? Ces êtres à qui on avait donné plus de son attention et de sa tendresse qu'aux gens de la vie, n'osant pas toujours avouer à quel point on les aimait, et même quand nos parents nous trouvaient en train de lire et avaient l'air de sourire de notre émotion, fermant le livre, avec une indifférence affectée ou un ennui feint ; ces gens pour qui on avait haleté et sangloté, on ne les verrait plus jamais, on ne saurait plus rien d'eux. (...) On aurait tant voulu que le livre continuât, et, si c'était impossible, avoir d'autres renseignements sur tous ces personnages, apprendre maintenant quelque chose de leur vie, employer la nôtre à des choses qui ne fussent pas tout à fait étrangères à l'amour q'ils nous avaient inspiré et dont l'objet nous faisait tout à coup défaut, ne pas avoir aimé en vain, pour une heure, des êtres qui demain ne seraient plus qu'un nom sur une page oubliée, dans un livre sans rapport avec la vie et sur la valeur duquel nous nous étions bien mépris puisque son lot ici-bas, nous le comprenions maintenant et nos parents nous l'apprenaient au besoin d'une phrase dédaigneuse, n'était nullement, comme nous l'avions cru, de contenir l'univers et la destinée, mais d'occuper une place fort étroite dans la bibliothèque du notaire, entre les fastes sans prestige du Journal de Modes illustré et de la Géographie d'Eure-et-Loire."

Proust.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2105
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Citations marquantes

Message par Yelti » 01 déc. 2012, 00:28

Pour que ceux qui ont des oreilles sensibles (et qui croient que le jazz c'est crade) ne ratent pas de percutantes paroles de Saez : hop !

Je crois que le computer pleure
je crois qu'il a brisé son coeur
dans les mémoires des disques durs
que reste-t-il des aventures ?

elle avait les yeux des pixels
dans son vulgaire je trouvais belles
les secondes à la regarder
sous son ombrelle se dénuder

ça y est j'ai mis le complet bleu
j'ai préparé ma carte bleue
j'ai rendez-vous avec les filles
aux yeux de computer qui brillent
j'aime bien quand elles se déshabillent
leurs seins pendus à mes guenilles
faudrait jamais se dire adieu
faudrait pas tomber amoureux

mais moi j'suis tombé en amour
alors tous les soirs je la vois
eva, maria, ou qui que ce soit
sur le canapé en velours

elle me montre tout rien qu'à moi
elle retire doucement ses bas
et moi je vous jure je la crois
quand elle me murmure tout bas
sur les webcams de nos amours
nous deux on s'est dit pour toujours
moi j'avais mis mon complet bleu
quand j'étais tombé amoureux
d'une dénudée pour les réseaux
d'une écriture cherchant ses mots
pour donner au peuple la trique
y'a des codes barre philanthropiques

des seins pendus au fil des jours
elle vend son cul sur les carrefours
elle m'a piqué ma carte bleue
des pixels au fond de ses yeux
mais j'ai perdu la connexion
alors je suis là comme un con
des lumières dans les contre-jours
mon amour est partie toujours

j'voudrais l'emmener au soleil
j'voudrais l'emmener loin des foules
des échoués du virtuels
perdus dans le battant des houles
j'voudrais lui dire qu'elle est trop belle
et puis tant pis si mes yeux coulent
dans mon coeur elle a mis du ciel
du magnifique sur les carrefours

les autres ils disent que je suis fou
je chante son nom dans les bars
mais les autres tu sais moi je m'en fous
j'ai dans l'espoir de la revoir
un jour au coin mon estonienne
d'une rue elle me dira bonjour
comme un navire au fond des plaines
elle me refera voir l'amour

j'aime bien quand tu te déshabilles
aux yeux du computer qui brillent

j'aime bien quand tu te déshabilles
aux yeux du computer qui brillent

sur les webcams de nos amours
sur les webcams de nos amours

sur les webcams de nos amours
à quand l'odeur à quand l'amour
de mes yeux noyés dans les tiens
à quand le toucher du parfum
des concerts sur ton téléphone
et puis les conneries que tu fredonnes
venez cultures, venez matières
elles ont bâti nos éphémères
sur les webcams de nos amours
te m'éprends pas moi je veux bien
jeter ma flamme au grand néant
du tout gratuit qu'on vend plus rien
sur les webcams de nos amours
pixelisant cri au secours
de fréquences cherchant le jour
sur les webcams de nos amours
allez reviens noyer mes peines
mes solitudes en mornes plaines
allez reviens faire les amours
sur les webcams de nos amours
allez reviens toi mon naufrage
allez reviens ton beau visage
allez reviens faire les voyages
de ces océans sans rivages

et si solitaires sont nos fiels
des virtuels au goût du ciel
d'entre toutes les putains du net
les disparues dans les tempêtes
moi je cherche comme un naufragé
mais comment faire pour la retrouver
ce corps perdu dans la tempête
mon amour est parti toujours
sur les webcams de nos amours
mon amour ô mon amour
parti bouffer dans la matrice
mon amour était classé x

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2105
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Citations marquantes

Message par Yelti » 01 déc. 2012, 22:04

LA POESIE C'EST LES OREILLES

Déclamons :
Pour nous faire plus clairs,
nous disons que c'est un délit
Qu'avez-vous fait des éclairs qui vous sont passés par la tête ?
je dis bien PAR LA TÊTE
vous avez mis Pierrot le fou dans vos poches profondes
et par-dessus
des plaques d'identités qui vous servent de mouchoirs
Tout ça pour aller relire Mallarmé avec un double-décimètre gradué.
LES MOTS SONT SIMPLES.
Hurlons pour dire que nous sommes des imbéciles
parce que le vent est doux
que nous sommes des primates
parce que la peau est douce.
Hurlons qu'il y a 2 000 000 000 de pourris.
Ces gens-là
Ces gens-là concourrent tous les jours à de grands prix de poésie
Nous creusons nos cervelles-décharges
pendant que la médecine invente des mots comme
diméthylaminaphényl


Jean-Bernard POUY

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2105
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Citations marquantes

Message par Yelti » 02 déc. 2012, 10:39

Tu sais ce machin-bidule bavottant là-haut-ci-dessus c'est dégotté dans un vieux Poésie 1 de 1976, j'ai des revendications plus en phase avec l'actualité. Et puis Poésie 1 ils avaient des jolies prétentions anti-poète pédants, ils ont révélé Silvia Baron Supervielle, mais c'était aussi le bastion de Jean Orizet qui nous a fourni la plus pédante et la plus à-s'arracher-les-cheveux anthologie de la poésie française.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2105
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Citations marquantes

Message par Yelti » 02 déc. 2012, 13:11

Sérieux, même la partie "poésie contemporaine" ? Y'a beaucoup de vent là-dedans, je trouve, alors que c'est censé être la crême de la crême.

Celle de Para par exemple donne un chouïa moins (litote) envie de gerber la poésie contemporaine dans son entièreté, je trouve.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2105
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Citations marquantes

Message par Yelti » 08 déc. 2012, 22:20

Francis Jammes a écrit :Lorsqu’il faudra aller vers vous, ô mon Dieu, faites
que ce soit par un jour où la campagne en fête
poudroiera. Je désire, ainsi que je fis ici-bas,
choisir un chemin pour aller, comme il me plaira,
au Paradis, où sont en plein jour les étoiles.
Je prendrai mon bâton et sur la grande route
j’irai, et je dirai aux ânes, mes amis :
Je suis Francis Jammes et je vais au Paradis,
car il n’y a pas d’enfer au pays du Bon Dieu.
Je leur dirai : Venez, doux amis du ciel bleu,
pauvres bêtes chéries qui, d’un brusque mouvement d’oreille,
chassez les mouches plates, les loups et les abeilles…

Que je Vous apparaisse au milieu de ces bêtes
que j’aime tant, parce qu’elles baissent la tête
doucement, et s’arrêtent en joignant leurs petits pieds
d’une façon bien douce et qui me fait pitié.
J’arriverai suivi de leurs milliers d’oreilles,
suivi de ceux qui portèrent au flanc des corbeilles,
de ceux traînant des voitures de saltimbanques
ou des voitures de plumeaux et de fer-blanc,
de ceux qui ont au dos des bidons bossués,
des ânesses pleines comme des outres, aux pas cassés,
de ceux à qui l’on met de petits pantalons
à cause des plaies bleues et suintantes qui font
les mouches entêtées qui s’y groupent en rond.
Mon Dieu, faites qu’avec ces ânes je Vous vienne.
Faites que, dans la paix, des anges nous conduisent
vers des ruisseaux touffus où tremblent des cerises
lisses comme la chair qui rit des jeunes filles,
et faites que, penché dans ce séjour des âmes,
sur vos divines eaux, je sois pareil aux ânes
qui mireront leur humble et douce pauvreté
à la limpidité de l’amour éternel.

Poupi
Messages : 1252
Enregistré le : 21 déc. 2009, 12:44
Localisation : Enseveli sous la neige de Lorraine

Re: Citations marquantes

Message par Poupi » 12 janv. 2013, 01:04

Un système de liberté, c'est comme un cercle carré, c'est en soi une absolue contradiction.
Matin Heidegger

Poupi
Messages : 1252
Enregistré le : 21 déc. 2009, 12:44
Localisation : Enseveli sous la neige de Lorraine

Re: Citations marquantes

Message par Poupi » 12 janv. 2013, 11:40

Boarf, tu n'as pas saisie la beauté de cette citation, qui semble dire une chose alors qu'elle en dit d'autres. D'où l'intérêt de plancher dessus en partiel de philosophie allemande, soit dit en passant.

Poupi
Messages : 1252
Enregistré le : 21 déc. 2009, 12:44
Localisation : Enseveli sous la neige de Lorraine

Re: Citations marquantes

Message par Poupi » 12 janv. 2013, 17:21

Ché pas, une dénomination universitaire malhabile et confuse, sans doute...
Vite fait, bien qu'ayant foiré ledit partiel j'ai plutôt kiffé la citation de Heidegger, dont on peut faire une lecture formelle (c'est à dire qu'elle condamne pour des motifs logiques et formels toute démarche intellectuelle cherchant à établir un système philosophique expliquant la liberté) mais aussi une lecture de fond, c'est à dire que penser la liberté à l'aide d'un système philosophique, c'est penser l'absolue contradiction que l'homme porte en soi.

Poupi
Messages : 1252
Enregistré le : 21 déc. 2009, 12:44
Localisation : Enseveli sous la neige de Lorraine

Re: Citations marquantes

Message par Poupi » 13 janv. 2013, 00:05

Non, parce que la référence à la quadrature du cercle est méga-top amusante : dans la lecture de reproche formel, on pense aux siècles de matheux qui se cassent les dents sur un problème insoluble, tout comme la philosophie s'acharne à vouloir rendre compte de la liberté de manière systémique. Dans la lecture de fond, le cercle carré peut désigner l'homme lui-même, dont seule la nature paradoxale le rend véritablement libre.
Enfin, c'est comme ça que je l'ai lu, en tout cas.

Répondre