Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Vous pouvez parler ici de ce que vous voulez... Littérature, cinéma, evènements, nouveaux sites internet...

Modérateurs : hsdcdb, Aragathis

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2103
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Yelti » 20 mai 2016, 00:30

La nuit est lente
J'attends le prochain bulletin d'info
En regardant dans ma voiture arrêtée
Le contour des pare-soleils relevés
Je n'avais jamais remarqué l'élégance de cette courbe
C'est des choses comme cela qui soudain sont
C'est cela que je voudrais sauvé du néant
Avec les prénoms de mes amis
(Nous demandons si peu)
J'écris sur un smartphone emprunté
J'irai bientôt rejoindre mes camarades
La nuit est longue au pied du dépôt pétrolier
Modifié en dernier par Yelti le 21 mai 2016, 17:39, modifié 2 fois.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2103
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Yelti » 21 mai 2016, 00:35

Et :

La nuit est lente
J'attends le prochain bulletin d'info
En regardant dans ma voiture arrêtée
Le contour des pare-soleils relevés
Je n'avais jamais remarqué l'élégance de cette courbe
C'est des choses comme cela qui soudain sont
À contre-jour du néant
Avec les prénoms de mes amis
(Nous demandons si peu)
J'écris sur un smartphone emprunté
J'irai bientôt rejoindre mes camarades
La nuit est longue au pied du dépôt pétrolier


?

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2103
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Yelti » 21 mai 2016, 17:36

Je viens de remarquer que "sauvé" n'est pas nécessairement une faute d'orthographe, et que c'est beaucoup plus puissant que "sauver"... Car en effet ce n'est pas celui qui voudrait qui sauvera.


Merci infiniment. (Pas pour m'aider à être un poète brillant (certes si un peu ^^ on se refait pas), mais pour ce que tu me fais entrevoir.)

Avatar du membre
personne
Messages : 873
Enregistré le : 18 janv. 2011, 13:40

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par personne » 23 mai 2016, 01:51

Yelti a écrit :Car en effet ce n'est pas celui qui voudrait qui sauvera.
Pas nécessairement, en tout cas ! (excuse, je t'explique tes poèmes) Et c'est pas ça la force, c'est surtout que l'acte compte moins que l'objet : la beauté du réel peut-elle être dite avec plus de sincérité ? pour un pare soleil, en tout cas, ça doit être inédit.
J'aime être la bonne personne au mauvais endroit et la mauvaise personne au bon endroit.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2103
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Yelti » 23 mai 2016, 02:19

Je vais faire sponsoriser ma poésie par Renault.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2103
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Yelti » 23 mai 2016, 23:10

l'intention compte plus que la puissance
C'était pas la conclusion du film Pi ça ?

Ce que je vois d'intéressant dans le participe passé, c'est l'aspect accompli, au sens grammatical du terme. Différence inaccompli / accompli qu'on voit mieux quand on oppose :

(Accompli) C'est cela que je voudrais avoir sauvé du néant
(Inaccompli) C'est cela que je voudrais sauver du néant

(Accompli) C'est cela que je voudrais sauvé du néant
(Inaccompli) C'est cela que je voudrais se sauvant du néant


Ainsi que l'effet du participe sur la diathèse, le fait que "vouloir" et "sauver" ne coréfèrent pas du coup à un même sujet.

'fin bref. ;)

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2103
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Yelti » 23 mai 2016, 23:20

Se hâte lentement
Brûle
Prépare la coagulation
Reçoit la lumière de biais
Attise l'engrenage
Met la braise en place
Résolument
Des têtes cernées
Des drapeaux rouges
Des drapeaux noirs
Des voix pleines de rouille
Du petit matin versé dans des tasses
Fébrilement
À la pointe chaude du stratagème
En amont de l'embrasement
En bonne et due place
Fraternellement
Sur un morceau de goudron
Notre lit de liberté
Modifié en dernier par Yelti le 24 mai 2016, 22:08, modifié 1 fois.

Avatar du membre
personne
Messages : 873
Enregistré le : 18 janv. 2011, 13:40

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par personne » 24 mai 2016, 03:31

Captain Boney Boone a écrit :
personne a écrit :
Yelti a écrit :Car en effet ce n'est pas celui qui voudrait qui sauvera.
Pas nécessairement, en tout cas ! (excuse, je t'explique tes poèmes) Et c'est pas ça la force, c'est surtout que l'acte compte moins que l'objet : la beauté du réel peut-elle être dite avec plus de sincérité ? pour un pare soleil, en tout cas, ça doit être inédit.
Non, le message, c'est que l'intention compte plus que la puissance, ce qui s'inscrit éminemment dans le fatum yeltien et me semblait par-là même inévitable dans ce poème.
Je n'aurai pas mieux dit (même si, si ça se trouve, tu l'as dit pour ne rien dire de mieux). Mais si j'avais dû dire mieux que ce que j'ai dit, voilà ce que j'aurais dit. Ce qui me plaît dans ce "sauvé", c'est qu'il efface presque modestement la volonté d'agir sur ce néant devant son but (j'avais dit objet, ça ne manque pas d'intention quand même) : la sauvegarde. Sauvé du néant, voilà l'essentiel. Peut-être voudra-t-il sauver, peut-être voudra-t-il laisser (d'autres ?) sauver, peut-être s'en désintéressera-t-il le lendemain comme de son premier pare-soleil : il n'est pas présomptueux, ni a priori lâche par ailleurs... Mais ce qui compte dans ce moment de désir, c'est "l'être sauvé" de ces choses qui soudain sont !
Yelti a écrit : Des voix pleines de rouille
Du petit matin versée dans des tasses
Attention à ce rejet, ça devient vite une habitude...
J'aime être la bonne personne au mauvais endroit et la mauvaise personne au bon endroit.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2103
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Yelti » 07 juin 2016, 17:47

Dans un pays où les poètes se suicident encore
Car un poète doit mourir jeune
Pour être pris au sérieux
Un jeune fermier a pris une torche après le travail
Et l’a portée au-dessus de sa tête
Qui n’a jamais pissé dehors dans le noir
Quand rôdent les assassins avec le vent et les chemins
Ne peut pas être pris au sérieux.

Avatar du membre
personne
Messages : 873
Enregistré le : 18 janv. 2011, 13:40

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par personne » 12 juin 2016, 03:52

CONFUSIONS

I

Une brune, une blonde,
Haut les couleurs !
Bas les masques.
Je frapperai bien sur
Les rebords de son mur,
Prendrai l’air d’un tueur,
Plein de sang sur les basques…
Police,
Police…
Faites donner vos ordres
Je pourrais bien y mordre
Quelques sentiments clairs,
Un éclat, un éclair.

Il fait chaud sur la lune,
Les étoiles se fondent
Dans la masse nocturne,
Elles crament dans l’ombre;
Une brune, une blonde
Et quelque cigarette
S’arrête au long des rues,
Une blonde, une brune…

Donne-moi tout, dévore,
Toi d’abord,
Et tremble un peu dans l’onde
Au plus fort ;
Une brune, une blonde,
Des cortèges de robes
Pour endiabler le monde
À la place des corps,
Se fondent, se dérobent.


II

Je bois encore, une once,
Ponce le fond du verre,
Annonce :
Une bière pour un chien,
Du pain,
Civière donne à la terre
Du bien ;
Quand je tombe à genoux,
Contre les ventres mous,
Sous la ville, dessous,
L’argent dans la valise
Et la peau dans un trou ;
C’est moi : c’est moi qui mange !
Je reçois tous les anges
Dans mes bras !

Je m’arrange, et je grise.
Au travers des églises
Entier je me réchappe
Des trappes, et des urnes,
De tout engagement,
Je m’en tire aux secondes
À boire pour les unes :
Une brune, une blonde.


III

Madame, ça bien sûr,
C’est de la résistance.
Laissez-moi leur parler,
Je leur ferai la France.
C’est vrai qu’on fait du bruit,
À jouer dans la rue,
Il est tard, c’est la nuit,
Ça ennuie, c’est tout vu…
Il faut bien qu’ils comprennent.
Dans les hôtels on dort,
Et nous prenons la voie
À contre sens, eh quoi !
Ici on fait les morts !
Sourde oreille n’est pas bouche,
Et il faudra répondre,
Sans quoi ce regard louche
Pourrait bien nous confondre.
D’ailleurs, ne criez pas…
On pourrait s’enquérir
De ces haussements-là !
Plutôt que de bien pire !
Qui vous a appelé
Pour remettre du droit
Regretterait déjà
Que vous en oubliiez.
Est-ce ce volet-là ?
Non, il n’est pas fermé,
Mais peut-être là-bas,
Plus loin, c’est allumé…

On m’attrape le bras,
De quoi ?
On va me mettre à l’ombre,
Au comble !
J’ai le sang sur la face,
Et les mains qui s’enlacent,
Grâce, on n’a que deux mains ;
Si la lumière vient…
On devrait retrouver
Les traces du sang frais.
Ou peut-être est-il sec ?


IV

Un peu blond, un peu brun,
C’est la couleur du pain,
Ça te tient en échec,
Gagne les souterrains ;
Car dans toutes les caves,
Dans tous les débarras
Il y en a qui rôdent
Et qui brodent des draps,
Bien au fond les esclaves
Ont toujours mal aux bras.
Et puis dansent les femmes -
Les cœurs de la souffrance,
Dépensent de la flamme,
Se pâment dans l’engeance,
On démunit l’aisance :
Elle redouble d’âme !
Blonde pour la violence
Et brune pour le calme.

L’unique force gronde,
Son dernier mot fait l’arme.


V

Une blonde sans maître
S’embrume dans la ronde,
Tous les êtres répondent
À l’affront du paraître ;
Si la peste vous sonde
Restez-en à la lettre!

Une brune ressort
Des profondeurs étranges,
Et c’est l’or qui vous mange
Quand la fortune arbore
Son féroce jeu d’ange
Et son os de Pandore…

Une blonde, une brune,
Une brune, une blonde,
Si quelqu’un en tient une
C’est pour qu’il la confonde,
C’est pour n’en perdre aucune,
Car le rien est immonde.
J'aime être la bonne personne au mauvais endroit et la mauvaise personne au bon endroit.

Avatar du membre
personne
Messages : 873
Enregistré le : 18 janv. 2011, 13:40

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par personne » 05 juil. 2016, 13:53

Cool, un retour ! Pour "bas les masques", j'abrune, j'abonde... C'est à revoir.
Pour ce qui est de tailler dans la masse : Je vais y penser, surtout pour ce qui pourrait être lourd à la lecture. Je veux une narration virevoltante !
J'aime être la bonne personne au mauvais endroit et la mauvaise personne au bon endroit.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2103
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Yelti » 17 juil. 2016, 20:38

Qu'il fait bon se perdre dans les cavalcades de ton poème.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2103
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Yelti » 18 juil. 2016, 15:33

J’ai la foi en une pierre de granit vraie
Affleurant entre des fleurs à sucre mauves,
Au bout du chemin qui tourne et derrière il y a la mer,
Ou au centre du massif central où la mer est loin,
Je ne sais plus.
Parfois je crois la rencontrer
En courant avec
Les ombres étirées du soir
Et celle que j’aime tranquille, devant.
Je me demande : est-ce cela
Le cri de l’oiseau de Bonnefoy,
L’affaire pour laquelle la phénoménologie fait tout un boucan ?
Ce n’est pas ce poème,
Cela au moins est certain :
C’est encore plus simple.

Avatar du membre
personne
Messages : 873
Enregistré le : 18 janv. 2011, 13:40

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par personne » 21 juil. 2016, 02:00

Captain Boney Boone a écrit : On ne m'avait pas dit


Il fallait le dire !...

J'apprécie aussi le retour du cyclone de mouton.
J'aime être la bonne personne au mauvais endroit et la mauvaise personne au bon endroit.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2103
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Re: Au Chat Rimaillant (Proses et vers pour l'Univers)

Message par Yelti » 10 août 2016, 19:00

M’y suis abrité plusieurs fois
Seulement en souvenir de rêves dans le rêve
Fugitivement
La cabane sur l’arête
À la périphérie de la ville à cheminées
Ou sur le chemin montant
De la montagne du crépuscule
Qui ne dure qu’un quart d’heure
À l’intérieur ses murs blanchis à la chaux
Un lit et le reste
De quoi tenir

*

La bibliothèque
Dans les rangées sur les murs des bocaux
Ronds conservent

Au centre la piscine de l’oubli
Par un geste malheureux
Jetées dedans les fleurs jaunes
Volées à un rhinocéros

*

Qu’y a-t-il dans les bocaux ?
Des appels d’un monde ancien et nouveau ?
Des dons qui ne veulent rien qu’eux-mêmes ?
Ce pourquoi l’oubli nous blesse ?

Ce qui fait qu’on voudrait ne pas mourir ?
Ce qui n’est tel qu’en ne pouvant pas durer ?
Ce qui s’oublie pour pouvoir se retrouver ?


Lubie sans consistance
De poète oublieux des chasubles rouges
Et de leurs exigences ?
Ou ce pourquoi, qui vit et qui souffre
Tolère son existence ?

Répondre