D'où vient votre pseudo?

Vous pouvez parler ici de ce que vous voulez... Littérature, cinéma, evènements, nouveaux sites internet...

Modérateurs : hsdcdb, Aragathis

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Message par Yelti »

Querelle éternelle qu'est celle entre Rousseauistes et Voltairiens, qu'importe... Rousseau l'homme n'est certainement pas un modèle, certes... mais vive ses écrits... déjà rien que pour l'expression elle-même, Voltaire écrit mal (au niveau de l'expression seulement je précise bien !) et Rousseau est virtuose. Et vive la préface des Confessions, oser être orgueilleux à ce point est d'un courage que j'applaudis !

"Je suis tombé par terre
C'est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau
C'est la faute à Rousseau !"

Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Message par hsdcdb »

Yelti a écrit :
"Je suis tombé par terre
C'est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau
C'est la faute à Rousseau !"
Le style de la phrase voltairienne n'est pas flamboyant, certes, mais n'a pas la platitude que certains voudraient lui porter pour autant. Pour ma part, je ne dirai pas de Rousseau qu'il est un virtuose : je le trouve plutôt pompeux et orgueilleux. Je répète : le style, et non l'homme. Je ne parle pas de l'homme et ne le compare non plus à ses idées. Si l'on ne devait parler que de ce que l'on connaît, les bistrots seraient vides, les hommes politiques et les psys n'existeraient pas.

Ensuite, rousseauiste ou voltairien, je ne suis ni l'un ni l'autre. Fi de ce dualisme auquel voudraient nous limiter certains ! Je me veux hdscdbien ! Ou rostandien, à la rigueur. On peut s'opposer à quelque chose sans pour autant se réclamer pour quoi que ce soit de son contraire. Il y a toujours (sauf en droit qui pense sur le modèle "coupable/innocent") au moins une troisième voie.

Enfin, remarquons le couplet de cette chanson que tu relèves, Yelti, qui prouve que le XIXe siècle populaire avait déjà renvoyé dos à dos ces deux figures de l'avant-Révolution. Et merci à Hugo de l'avoir sauvée de l'oubli à travers la mort de Gavroche.

" Je ne suis pas notaire,
C'est la faute à Voltare ;
Je suis petit oiseau,
C'est la faute à Rousseau ! "



Dernière pique contre Rousseau qui prouve son inanité intellectuelle : il a commis des oeuvres autobiographiques.
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )

Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Message par hsdcdb »

Captain Boney Boone a écrit :Qu'il est étrange de vouloir toujours tout comparer… Je ne suis connaisseur ni de l'un, ni de l'autre (bien que j'ai lu un bout des confessions et quelques contes de Voltaire), et s'ils sont contemporains, il n'y a pas tellement de raison de les faire s'affronter, notamment parce que ça n'apporte rien :).

Deux écrivains majeurs de leur temps méritent d'être comparés, pour comprendre comment chacun voyait sa société et en rendait compte. Hormis quelques critères factuels et éventuellement présupposés philosophiques, tout le reste n'est qu'affaire de goût, donc personnelle.

En outre, eux-mêmes s'affrontaient par oeuvres interposées. Comme je le dis, Voltaire répond à Rousseau et à son homme "naturellement bon" avec son Ingénu. Mais dans une démarche identique, le second répond au premier à travers une autre oeuvre (ma mémoire flanche et j'oublie dans quelles circonstances exactement). Ce n'est pas pour rien que dès leur époque, ils étaient associés et opposés, plus que les autres penseurs qui leur étaient contemporains. Le génial Diderot mériteraient des kilomètres d'analyses, dans tous les domaines (voir la Lettre sur les aveugles et Le Paradoxe du comédien en particulier) sans parler de d'Alembert ou de Montesquieu.
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Message par Aragathis »

hsdcdb a écrit :Je ne parle pas de l'homme et ne le compare non plus à ses idées. Si l'on ne devait parler que de ce que l'on connaît, les bistrots seraient vides, les hommes politiques et les psys n'existeraient pas.
Hsdcdb, tu oublies de mentionner les profs, et leurs élèves 8) . (Oui c'est la rouste mentale assurée, mais "oser être orgueilleux à ce point est d'un courage que j'applaudis!", et toi Yelti?)
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Scarabouille
Messages : 701
Enregistré le : 28 nov. 2008, 17:24
Localisation : Toulouse
Contact :

Message par Scarabouille »

Ce qui ne nous dit point d'où hsdcdb tire son pseudonyme si singulier :P
Ce cardinal de Retz agite fort les méninges de nos experts, AmélieD !
Tel Anubis le Chacal, Reine-Mère, vous avez l'oeil fourbe et la dent furtive !

Avatar du membre
kervin
Messages : 1141
Enregistré le : 21 févr. 2008, 18:51

Message par kervin »

Je viens rajouter mon petit grain de sel... sans rapport ou presque je le crains ! !

Quelqu'un saurait il comment ce nomme une chanson qui reprends le passage de Victor Hugo qui a été cité plus haut ? Il me semble que cela faisait partit d'un ensemble un peu plus grand (lecture des misérables et mise en scène pour la radio il y a... 12 ou 13 ans...)
"Imaginer, c'est hausser le réel d'un ton." Gaston Bachelard.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Message par Yelti »

A Scarabouille : Le pseudo d'Hsdcdb est un sigle décrypté sur ce forum.

Si j'ai "par réflexe" (et l'expression est presque juste je l'avoue) parlé de Voltaire quand on parlait du cardinal de machin-truc et de Rousseau... C'est que je défends Rousseau sur un point où il s'oppose totalement à Voltaire... Je ne suis pas rousseauiste et n'ai jamais lu un ouvrage entier de Rousseau, mais j'aime bien ce que j'ai lu de lui, et est plutôt d'accord avec l'idée bon naturellement que la civilisation dévoie (Voltaire pensant que l'homme est "mauvais" naturellement et que la civilisation le bonifie)... et pour appuyer cette thèse, je vous propose bien mieux que cette pauvre fiction qu'est l'Ingénu (qu'on m'obligea à lire)... mais le discours convaincant d'un "naturel" ou "sauvage", bon, samoan. Ses propos ont été publié en Allemagne en 1920 par Scheurman, et traduit en Espéranto sous le titre "La Papalagoj", je crosi qu'il a été traduit en français depuis...

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Message par Aragathis »

L'homme bon naturellement est une absurdité, pour reprendre ce qu'a dit Hsdcdb. Je ne dis pas pour autant qu'il est mauvais : il est tout simplement inconscient. Il n'y a rien de plus égoïste qu'un môme. Il n'y a rien de plus cruel (ou presque) qu'un gamin qui arrache les pattes d'une fourmi ou les ailes d'une mouche, comme ça, par curiosité ou par ennui. Pourtant, lui ne voit pas le mal qu'il fait : ce n'est qu'en grandissant, au contact des autres, qu'il intégrera la notion de bien et de mal, variable selon la géographie, le temps et les personnes qui l'entourent ! Rousseau est, plus qu'un optimiste, un illusioné (pardon pour le néologisme, peut-être existe-t-il un vrai terme pour dire ça).
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Message par hsdcdb »

J'aime Savinien, Cyrano est ma muse
Ai-je écrit un beau jour en un beau vers qui fuse.


Sinon, je répète à à l'envi pour ma part que l'homme est naturellement mauvais et que c'est la société qui le police.


C'est la crainte de la répression qui empêche la majorité des hommes de "faire le mal". Si les radars automatiques n'existaient pas, les excès de vitesse seraient bien plus nombreux. Si les parents ne pouvaient flanquer une gifle méritée à un enfant qui insulte quelqu'un, tout le monde insulterait tout le monde à longueur de journée. Si la répression policière et judiciaire n'existaient, c'est la loi du plus fort qui règnerait.

Pourquoi de tout temps et en tout lieu, les hommes ont-ils ressenti le besoin de s'unir en groupe organisé, plus ou moins nombreux, sinon pour assurer le bien-être et la sécurité de chacun contre la violence et l'égocentrisme (et non l'égoïsme, j'insiste sur la distinction fondamentale !) propre à l'être vivant (humain, animal et végétal) ? Oui, même les plantes peuvent être violentes, et pas seulement les plantes carnivores : regardez les algues qui détruisent par leur prolifération certaines espèces de coquillages, regardez ces grands arbres qui captent toute l'eau et toute la lumière, faisant littéralement mourir les congénères plus faibles, regardez ces champs naturels d'espèces végétales qui empêchent d'autres espèces de se développer.
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )

Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Message par hsdcdb »

kervin a écrit :Je viens rajouter mon petit grain de sel... sans rapport ou presque je le crains ! !

Quelqu'un saurait il comment ce nomme une chanson qui reprends le passage de Victor Hugo qui a été cité plus haut ? Il me semble que cela faisait partit d'un ensemble un peu plus grand (lecture des misérables et mise en scène pour la radio il y a... 12 ou 13 ans...)

La chanson de Gavroche. Il y a 28 ans.


Lien : http://www.bide-et-musique.com/song/7916.html

Paroles seules :

Gavroche:
Je suis tombé par terre, c'est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau, c'est la faute à Rousseau
Je ne suis pas notaire, c'est la faute à Voltaire
Je suis petit oiseau, c'est la faute à Rousseau

Tous:
Il est tombé par terre, c'est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau, c'est la faute à Rousseau
Si tu n'es pas notaire, c'est la faute à Voltaire
Tu es petit oiseau, c'est la faute à Rousseau

Gavroche:
Je suis tombé sur terre
Même Dieu ne sait pas comment
Je n'ai ni père, ni mère
Qui m'reconnaissent leur enfant
J'me suis fait une famille
Avec ceux qui n'en ont pas
Joyeux drilles en guenilles
Avec un cœur gros comme ça

Tous:
Il est tombé par terre, c'est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau, c'est la faute à Rousseau
Joie est mon caractère, c'est la faute à voltaire
Misère est mon trousseau, c'est la faute à Rousseau

Gavroche:
Je suis un va-nu-pieds
Mais nu, le pied va quand même
Je prends ce qui me plaît
Pour payer, pas de problème
Je fais des pieds de nez
Aux marchands et à leurs dames

Tous:
Et pour te rattraper, il leur faut plus d'un gendarme !

Gavroche:
On me connaît partout
De Clignancourt à Belleville
Je suis aimé par tous
Sauf par les sergents de ville
Je vis de ce qui vient
Et de ce qui ne vient pas
Sans savoir à l'avance
L'menu du prochain repas

Misère est mon trousseau
C'est la faute à Rousseau

On est laid à Nanterre, c'est la faute à Voltaire
Et bête à Palaiseau, c'est la faute à Rousseau
Si tu n'es pas notaire, c'est la faute à Voltaire
Tu es petit oiseau, c'est la faute à Rousseau

Tous:
Il est tombé par terre, c'est la faute à Voltaire
Le nez dans le ruisseau, c'est la faute à Rousseau
Si tu n'es pas notaire, c'est la faute à Voltaire
Tu es petit oiseau, c'est la faute à Rousseau
Tu es petit oiseau, c'est la faute à Rousseau
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Message par Aragathis »

hsdcdb a écrit : Pourquoi de tout temps et en tout lieu, les hommes ont-ils ressenti le besoin de s'unir en groupe organisé, plus ou moins nombreux, sinon pour assurer le bien-être et la sécurité de chacun contre la violence et l'égocentrisme (et non l'égoïsme, j'insiste sur la distinction fondamentale !) propre à l'être vivant (humain, animal et végétal) ? Oui, même les plantes peuvent être violentes, et pas seulement les plantes carnivores : regardez les algues qui détruisent par leur prolifération certaines espèces de coquillages, regardez ces grands arbres qui captent toute l'eau et toute la lumière, faisant littéralement mourir les congénères plus faibles, regardez ces champs naturels d'espèces végétales qui empêchent d'autres espèces de se développer.
Je ne suis pas vraiment d'accord : si les hommes, "en tout temps et en tout lieu, ont ressenti le besoin de s'unir en groupe organisé", ce n'est pas pour se défendre contre l'égocentrisme d'êtres vivants, mais pour être plus forts, pour pouvoir survivre à une nature qui n'est pas toujours vivante : bien que vivaces, le typhon n'a ni artère ni veine, le séisme ni pouls ni poil, et l'inondation ni cuir ni épine. Quant à l'amalgame que tu fais des humains, des animaux et des plantes, il est un peu trop hâtif : la grande (très grande) différence qu'il y a entre ces trois-là, c'est que l'homme, lui seul, est doté de la conscience de ce qu'il fait. Ainsi, il est le seul à même d'agir après réflexion. Cette algue qui étouffe les coquillages voisins, les arbres qui captent toute l'eau et la lumière au détriment de leurs voisins, ces grands chasseurs de la savane qui empêchent les plus petits de se repaître... ne le font pas exprès, puisque c'est dans leur nature, et ne sont même pas conscient de ceux qu'ils font mourir. A l'inverse, l'homme est au courant (et même peut l'être à l'avance) des conséquences de ses actes; c'est pourquoi il a, seul parmi les vivants, le choix de ses actes. De ce choix découle la notion de bien et de mal. Comme elle n'est que relative (aux peuples, aux époques, aux individus...), elle est une des notions humaines la plus subjective. Lorsqu'il naît, l'homme n'a pas cette notion, et n'est donc ni bon ni mauvais, mais inconscient.
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2106
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Message par Yelti »

Après avoir lu "Le papalagui" (j'ai retrouvé le titre français) écrit, ce n'est plus de la fiction, par un Samoan que Voltaire dans sa bêtise traiterait de naturel de sauvage ou d'ingénu, un Samoan on ne peut plus lucide n'en déplaise à Voltaire... qui montre par un discours talentueux à quel point la civilation a rendu "malade" le papalagui et à quel point tous ses codes absurdes font le malheur du blanc.

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Message par Aragathis »

Captain Boney Boone a écrit :Aragathis, lorsque tu dis que l'homme est au courant des conséquences de ses actes, ce n'est pas le cas la plupart du temps. Les hommes ont une conscience du monde accrue, mais elle n'est absolument pas parfaite. C'est justement la société (et l'expérience) qui apprend aux hommes les effets que peuvent avoir leurs actes.
C'est vrai, je me suis mal exprimé, pardon :oops: ! Ce que je voulais dire, plutôt, c'est que l'homme PEUT savoir les conséquences de ses actes, grâce à son intelligence (hem!).
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
kervin
Messages : 1141
Enregistré le : 21 févr. 2008, 18:51

Message par kervin »

Merci pour la musique hsdcdb !
"Imaginer, c'est hausser le réel d'un ton." Gaston Bachelard.

Avatar du membre
Bragelonne
Messages : 356
Enregistré le : 24 juin 2009, 16:16
Localisation : Bretagne

Re: D'où vient votre pseudo?

Message par Bragelonne »

bon eh bien mon pseudo..fastoche quand même
l'idée m'est venue d'un coup comme ça (je n'utilise jamais le même ce qui a pour conséquence de bien m'embrouiller héhé)
il vient d'un des romans qui m'a le plus marqué, Le vicomte de Bragelonne (trooop d'émotions pour mon petit coeur sensible) et puis ça colle bien pour l'univers de de cape et de crocs
j'étais quand même bien triste à la fin ...
" maître charpentier à l'ouvrage (pièces de huit) notre galion n'a que trop roulé "

Répondre