Un petit conte en 1

Les jeux et concours pour se détendre entre nous...

Modérateurs : hsdcdb, Aragathis

Avatar du membre
Scarabouille
Messages : 701
Enregistré le : 28 nov. 2008, 17:24
Localisation : Toulouse
Contact :

Un petit conte en 1

Message par Scarabouille » 03 déc. 2008, 19:59

Ding dong !

J'ai plaisir à discuter ici bas, et ai pu grâce à vous redécouvrir la joie de bavasser en jouant avec les vers et les rimes.
Aussi m'est-il venue une idée, où le concept serait, à l'image du poème en "ouille" que je vous ai présenté, d'écrire tous ensemble une histoire, un conte, une épopée, que sais-je, toute de vers de pie... euh de syllabes, et avec une contrainte commune portant sur la rime.

Pour avoir déjà souvent fait des jeux littéraires en groupe, je peux vous assurer qu'avoir quelques contraintes d'écriture rend le jeu bien plus intéressant. Ainsi j'impose délibérément que notre histoire sera dite en alexandrins, et rimera en 1 (ain, ein, in, un... bref, vous avez compris). Pour participer et faire avancer l'histoire, celui qui écrira devra composer 4 vers (sinon ça va partir dans tous les sens, il nous faut un peu de tenue, voyons).

Et, évidemment, le jeu est de redoubler d'agilité pour ne pas utiliser un mot en rime déjà employé !

Alors, comme il faut battre la peau de l'ours tant qu'il est chaud, attaquons derechef :


Il était une fois, dans un pays lointain
Un village paisible qui ne manquait de rien
Les habitants d'alors, tout comme leurs voisins
Aimaient aller marcher dans les forêts du coin
Tel Anubis le Chacal, Reine-Mère, vous avez l'oeil fourbe et la dent furtive !

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Message par Aragathis » 03 déc. 2008, 20:34

On y tenait des fêtes, où l'on venait de loin,
Puis s'en allait gaiement, le regard incertain,
D'un pas malhabile qui ne l'était pas moins,
Ivre d'harrassement, de bière et de festin!
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2105
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Message par Yelti » 03 déc. 2008, 21:26

Scarabouille, non seulement tu me piques mon idée de jeu, mais en plsu, tu ne respectes pas tes propres règles :twisted: !
"Un village paisible qui ne manquait de rien " n'est pas un alexandrin, "On y tenait des fêtes, où l'on venait de loin" non plus.. et "D'un pas malhabile qui ne l'était pas moins" n'est qu'un dodécasyllabe !
Comment ça, je suis emm**rdant ??? :roll:

Bon je continue :

Un soir, un homme saoul qu'on nommait Savinien,
Errait dans la forêt, plus ivre qu'un vilain
Qu'il rencontra au coin de la forêt du coin,
chantant un vers étrange. Il dit être Colin.
Modifié en dernier par Yelti le 04 déc. 2008, 18:54, modifié 1 fois.

Avatar du membre
AmélieD
Messages : 167
Enregistré le : 09 oct. 2008, 20:57
Localisation : Caesaromagus

Message par AmélieD » 03 déc. 2008, 22:39

"Dites-moi quel pays, aimable baladin,
Eut l'heur d'entendre un jour vos tout premiers refrains ?"
Demanda le bretteur qui aimait les airs fins.
"Sur l'astre variable, j'eus mon premier couffin."
Saint Antoine de Padoue, faites briller sur moi les lumières de la raison !

Avatar du membre
Scarabouille
Messages : 701
Enregistré le : 28 nov. 2008, 17:24
Localisation : Toulouse
Contact :

Message par Scarabouille » 04 déc. 2008, 01:41

Allez, c'est Noël alors on va autoriser les deux strophes pour les poètes enthousiastes :D
Par contre, quand je parlais de répétition, je ne parlais que des mots en "-in", ne va pas chercher à te tordre les neurones de façon à ne répéter aucun des mots du poème^^.
Tel Anubis le Chacal, Reine-Mère, vous avez l'oeil fourbe et la dent furtive !

Avatar du membre
AmélieD
Messages : 167
Enregistré le : 09 oct. 2008, 20:57
Localisation : Caesaromagus

Message par AmélieD » 04 déc. 2008, 11:14

"Nul séraphin ne suis mais simplement humain.
Glissant sur un rayon, debout sur mes patins,
Je vins pour profiter, sans esprit de gredin,
Des générosités de ces êtres badins."
(Rappel des mots utilisés : lointain, rien, voisin, coin, loin, incertain, moins, festin, Savinien, vilain, coin (bouh ! c'est mal, Yelti !), Colin, baladin, refrain, fin, couffin, aiglefin, dédain, bredin, fin (bouh ! c'est mal, Captain !), feint, vin, advint, séraphin, humain, patin, gredin, badin.)
Saint Antoine de Padoue, faites briller sur moi les lumières de la raison !

Avatar du membre
Aragathis
Messages : 2680
Enregistré le : 02 nov. 2007, 20:51
Localisation : Haute-Savoie

Message par Aragathis » 04 déc. 2008, 13:51

Yelti a écrit :Scarabouille, non seulement tu me piques mon idée de jeu, mais en plsu, tu ne respectes pas tes propres règles :twisted: !
"Un village paisible qui ne manquait de rien " n'est pas un alexandrin, "On y tenait des fêtes, où l'on venait de loin" non plus.. et "D'un pas malhabile qui ne l'était pas moins" n'est qu'un dodécasyllabe !
Mes deux alexandrins en sont bien, Yelti... Même s'ils sont mauvais! Je ne vois pas ce qui t'a induit en erreur :P !
Ainsi parlait Aragathis.

Avatar du membre
Scarabouille
Messages : 701
Enregistré le : 28 nov. 2008, 17:24
Localisation : Toulouse
Contact :

Message par Scarabouille » 04 déc. 2008, 16:12

Ca chipote^^ :D
Tel Anubis le Chacal, Reine-Mère, vous avez l'oeil fourbe et la dent furtive !

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2105
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Message par Yelti » 04 déc. 2008, 18:49

Un alexandrin ne peut être divisé en 5/6, la césure tombe sur UN ACCENT TONIQUE que ne peut porter un E muet. Deux dodécasyllabes règnent ainsi chez Aragathis et Amélie...
Et des vers de treize syllabes rôdent, hantant un vers de Scarabouille, deux d'Aragathis, des ' semblent indispensables pour réparer ce qui ne peut être défait ^^.
Et j'édite mon anacoluthe avant qu'on me la reproche.

Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Message par hsdcdb » 04 déc. 2008, 22:12

Vous voulez encore des règles ?

Pour l'instant, nous n'avons parlé que de l'art du vers.
L'art du poème est plus complexe encore.

Ainsi du jeu des rimes qui doit faire alterner rimes masculines et rimes féminines (deux rimes de même genre ne pouvant se suivre : les deux ou trois exemples chez Ronsard ne sont pas d'excellente facture d'ailleurs).

Ainsi également de l'interdiction de rimer un mot à la forme singulier avec un mot à la forme pluriel. L'idéal visé étant ce que l'on nomme "la rime pour l'oeil". L'écart doit en théorie permettre un éclairage interne spécifique.

Ne tombons pas pour autant dans un maniérisme excessif : Allais nous a déjà rappelé à l'ordre.



Extraits choisis (le temps que je retrouve le texte complet) :
Distique d'un genre différent des précédents pour démontrer l'inanité de la consonne d'appui

Les gens de la maison Dubois, à Bone, scient
Dans la froide saison, du bois à bon escient.
(C'est vraiment triste, pour deux vers, d'avoir les vingt-deux
dernières lettres pareilles, et de ne pas arriver à rimer.)

Rimes riches à l'oeil

Etonnant le jury par sa science en dolmens
Le champion de footing du collège de Mens,
Gars aux vaillants mollets, durs tel l'acier de Siemens,
A passé l'autre jour de brillants examens.
Que je sois foudroyé sur l'heure, si je mens !
In corpore sano, vive Dieu ! sana mens.

PS J'entends murmurer quelques personnes dans l'assistance et prétendre que sur ces six vers, pas un ne rime. Ne vous ai-je point prévenu que ce petit poème était dû à M. Xavier Roux, le poète sourd-muet de Grenoble ?
En matière de rimes, les sourds, comme l'indique leur nom, ne connaissent que d'ophtalmiques satisfactions.
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2105
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Message par Yelti » 06 déc. 2008, 13:20

Le Bandit était laid, large, long, lourd et brun,*
On pouvait le traiter de coquin, de faquin,
De vaurien, de sagouin, de vilain, de mesquin,
Savinien gronda fort, le spadassin fit "Einh?"

*Si du temps de Molière "un" ne rimait pas avec "in", la prononciation actuelle et les règles de Scarabouille nous l'autorise.

Avatar du membre
AmélieD
Messages : 167
Enregistré le : 09 oct. 2008, 20:57
Localisation : Caesaromagus

Message par AmélieD » 06 déc. 2008, 14:14

Colin poussa un cri, hurlant à l’assassin
Tandis que Savinien affrontait le flandrin
Mais une question à l'esprit lui revint :
"De mes alexandrins, que feriez-vous, enfin ?"


Mots utilisés : lointain, rien, voisins, coin, loin, incertain, moins, festin, Savinien, coin, vilain, Colin, baladin, refrains , fins, couffin, aiglefin, dédain, bredin, fin, feint, vin, advint, séraphin , humain, patins, gredin, badins, point, sélénins, lunains, Vulcain, soudain, malandrin, malsain, alexandrins, brun, faquin, mesquin, hein, assassin, flandrin, revint, enfin
Saint Antoine de Padoue, faites briller sur moi les lumières de la raison !

Avatar du membre
Yelti
Messages : 2105
Enregistré le : 04 juil. 2008, 11:44
Localisation : Thiers
Contact :

Message par Yelti » 06 déc. 2008, 14:49

Adorant les puzzle (bin quoi ?), je recolle les morceaux :

Il était une fois, dans un pays lointain
Un village paisibl' qui ne manquait de rien
Les habitants d'alors, tout comme leurs voisins
Aimaient aller marcher dans les forêts du coin

On y tenait des fêt's, où l'on venait de loin,
Puis s'en allait gaiement, le regard incertain,
D'un pas malhabile qui ne l'était pas moins, :twisted:
Ivre d'harrassement, de bière et de festin!

Un soir, un homme saoul qu'on nommait Savinien,
Errait dans la forêt, plus ivre qu'un vilain
Qu'il rencontra au coin de la forêt du coin,
chantant un vers étrange. Il dit être Colin.

"Dites-moi quel pays, aimable baladin,
Eut l'heur d'entendre un jour vos tout premiers refrains ?"
Demanda le bretteur qui aimait les airs fins.
"Sur l'astre variable, j'eus mon premier couffin." :twisted:

"Le pauvre diable est mûr, un reflet d'aiglefin
Dans ses yeux vitreux luit." se disait, sans dédain,
Sans se donner des airs, le gascon (pas bredin
Pour deux sous, voire vif) qui n'avait pas l'air fin.

Si son trouble regard n'était point du tout feint,
Il avait malgré tout une endurance au vin
Tout-à-fait remarquable. "Ainsi donc, il advint
Que vous chûtes du ciel, ainsi qu'un séraphin ?"

"Nul séraphin ne suis mais simplement humain.
Glissant sur un rayon, debout sur mes patins,
Je vins pour profiter, sans esprit de gredin,
Des générosités de ces êtres badins."

"Hé ! Dites-moi, vous qui séraphin n'êtes point,
Comment vous nomme-t-on ? Sélénois, sélénins ?
Nocturnes astriens ? Luniens, ou lunains ?"
"Noble gypse je suis, comme un fils de Vulcain."

On voulut objecter, mais ne put car soudain
De derrière un buisson surgit un malandrin
Qui tenait une épée, et un rictus malsain :
"De suite donnez-moi tous vos alexandrins !"

Le Bandit était laid, large, long, lourd et brun, (Quelle allitération en toute modestie !)
On pouvait le traiter de coquin, de faquin,
De vaurien, de sagouin, de vilain, de mesquin,
Savinien gronda fort, le spadassin fit "Einh?"

Colin poussa un cri, hurlant à l’assassin
Tandis que Savinien affrontait le flandrin
Mais une question à l'esprit lui revint :
"De mes alexandrins, que feriez-vous, enfin ?"


Et je continue :

L'écrivain réfléchit "si plus que les florins
Lui plaisent les vers droits... je sais bien d'où il vient !"
"- Voici mes vers tranchants, qui t'attaquent vieux chien !
Raconte-nous comment tu chut chez les terriens. "
Modifié en dernier par Yelti le 06 déc. 2008, 19:02, modifié 1 fois.

Avatar du membre
hsdcdb
Messages : 804
Enregistré le : 24 sept. 2007, 22:51

Message par hsdcdb » 06 déc. 2008, 17:02

Alors le Sélénite (eh oui, c'en était un)
Reconnut au clin d'nez ce Gascon trop châtain
Et remit au fourreau son glaive tout d'airain
Puis demanda pardon d'agir en importun.
Et que faudrait-il faire ? ( II,8 )

capitainekid
Messages : 115
Enregistré le : 28 avr. 2008, 10:48
Localisation : Bretagne

Message par capitainekid » 06 déc. 2008, 17:02

Bonjour à tous,
Je ne suis pas un bon rimeur mais bon... j'espère que vous serez indulgent :

Pour venir dans ces bois, je connais moults chemins
Sur le bout de ces doigts qui tiennent ton destin.
En prime, sur le bord d'un ravin, je me tins
attendant un rayon d'or : je saisis de mes mains...

Pour la prime je pensais à la position de la main en escrime

Répondre